À Nice, une policière municipale violentée par la compagne d’un automobiliste

Image d'illustration Photo: Twitter
Image d'illustration Photo: Twitter

Mardi dernier, une patrouille de policiers municipaux de Nice a été violemment prise à partie par un couple alcoolisé dont la mari venait de commettre plusieurs infractions routières. Hors d’elle, la femme n’a pas hésité a empoigné une policière par les cheveux et l’a brutalement projetée à terre après l’avoir mordue! La victime, dont la tête a heurté le sol, a perdu connaissance et a dû être hospitalisée, elles souffre d’un important traumatisme crânien. 

Mardi 30 juin, vers 15h30, une équipe de quatre policiers municipaux est appelée à intervenir avenue de Californie, à Nice, pour un véhicule ayant embouti plusieurs voitures en stationnement.

Dés leur arrivée, les policiers tentent de contrôler l’automobiliste auteur de l’accident. Celui-ci est accompagné de sa conjointe et le duo est fortement alcoolisé. La femme, particulièrement agitée, refuse le contrôle et devient très violente.

Tout à coup, elle empoigne une policière par les cheveux et la brutalise avant de la mordre sauvagement. Puis, tenant toujours sa victime par le chignon, elle la projette violemment contre le sol. La tête de la victime heurte alors un plot de béton et elle perd connaissance.

Les trois autres policiers tentent de maîtriser le couple, et l’homme se met à les prendre à partie violemment. Il faudra l’arrivée de renforts de la police nationale pour arriver à interpeller les deux conjoints surexcités.

La policière, toujours inconsciente, a été transportée en urgence au CHU Pasteur 2 de Nice où elle a fini par reprendre connaissance. Elle souffre d’un important traumatisme crânien et on ne connaît pas, pour l’heure, le nombre de jours d’ITT qu’elle s’est vu attribuer.

L’homme et la femme, dont on ne connaît rien du profil ou des possibles antécédents judiciaires, ont été placés en garde à vue. Le parquet de Nice s’est saisi de l’affaire et le couple devrait être prochainement déféré en vue d’une mise en examen.

Source: Nice Matin/ Ouest France

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici