Xi torture Hong Kong: l’Amérique enrage

Xi Jinping / Photo: Flickr
Xi Jinping / Photo: Flickr

Les nouvelles lois appliquées par Xi Jinping font perdre toute son originalité, toute son indépendance, tout son optimisme à la ville de Hong Kong. C’est une catastrophe pour le monde entier, car cette île était devenue le centre de gravité du combat contre l’impérialisme chinois.

Les États-Unis réagissent, par la voix de Mike Pompeo, ministre américain des Affaires étrangères. Et il ne mâche pas ses mots.

“Quand elle était libre, Hong Kong était une des villes les plus stables, les plus prospères et les plus dynamiques au monde.” Nul doute que Pompeo est sincère: les USA ont toujours aimé Hong Kong, et tenté de la protéger autant qu’ils le pouvaient. Et c’était, en effet, une ville exemplaire à plus d’un titre, grâce à son incroyable créativité, au courage de ses jeunes, et malgré la menace chinoise.

De plus, c’était devenu une des villes les plus anticommunistes au monde, gage de réalisme, d’intelligence et de courage.

Mais Pompeo ajoute: “Maintenant, ce ne sera plus qu’une ville communiste de plus, où les habitants seront soumis aux délires de l’élite du Parti communiste. C’est triste”. Il a raison. Dans six mois, Hong Kong sera une ville muselée, empaillée, enterrée vivante par le Parti. Si ce n’est dans six jours.

Pompeo conclut: “C’est un scandale, et un affront à toutes les nations.” C’est exact. Le monde politique et économique vient de perdre un joyau irremplaçable.

À Hong Kong, l’opposition va devenir dissidence, au fur et à mesure que le pouvoir chinois garrottera la liberté. Une époque sombre s’ouvre pour la ville. Il y aura des héros, mais aussi beaucoup trop de victimes.

Prochaine cible de Xi: Taïwan. L’empire rouge s’étend.

Sources: Bloomberg, US News

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici