Le directeur général de l’OMS nous traite de nullos et nous donne en exemple la Chine

Tedros Adhanom Ghebreyesus / Photo: DR
Tedros Adhanom Ghebreyesus / Photo: DR

Le chef de l’Organisation mondiale de la Santé a rejeté lundi comme “nullos” les plaintes des pays qui prétendent que la recherche des contacts est trop difficile à mettre en œuvre en tant que stratégie de contrôle de la pandémie de coronavirus.

L’agence sanitaire des Nations unies a conseillé à plusieurs reprises aux pays de mettre un terme à leurs épidémies de COVID-19 en mettant en place un solide programme de recherche des contacts, un procédé onéreux qui consiste à rechercher les contacts des personnes atteintes de coronavirus pour isoler les personnes à risque.

Au cours des derniers mois, les pays ayant connu l’importante vague d’épidémie, notamment la Grande-Bretagne et les États-Unis, ont déclaré qu’il y avait tout simplement trop de contacts à retracer pour qu’un système efficace puisse être mis en place.

Le Royaume-Uni a finalement abandonné l’application numérique qu’il avait développée à cette fin et les politiciens ont reconnu que le programme ne fonctionne pas encore à plein régime malgré le recrutement de milliers de travailleurs.

Ces dernières semaines, les autorités sanitaires britanniques ont déclaré que leurs systèmes de recherche des contacts ne parvenaient à atteindre qu’environ un quart des personnes atteintes du virus, laissant des milliers de personnes libres de transmettre la Covid-19.

Lors d’un point de presse lundi, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a fait un grand numéro de com: il a donné en exemple son directeur des urgences, le Dr Michael Ryan, qui s’est battu contre l’épidémie d’Ebola en portant un casque et un gilet pare-balles, dans une partie du Congo où des groupes armés avaient attaqué et tué des travailleurs de la santé.

Il croyait qu’il devait tout faire pour arrêter Ebola et pour montrer que sauver des vies nécessite réellement ce niveau d’engagement“, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus. Il faut dire que cet ancien guérillero marxiste doit en toucher une bille en matière de groupes armés.

Il a déclaré que l’excuse n’était pas valable, en donnant en exemple de recherche des contacts la Corée du Sud, Singapour et… la Chine, son maître, dont il réalise la politique.

Le toutou de Xi Jinping a donc affirmé que les pays occidentaux, disposant de ressources suffisantes, n’ont guère d’excuses pour ne pas mener à bien une sérieuse recherche des contacts. Tandis que la Chine communiste fait figure de bonne élève.

Il faut dire que le régime communiste qui fiche ses citoyens dans tous les sens, y compris leur ADN, a quelques longueurs d’avance sur les démocraties.

Source: AP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici