À Saint-Nazaire, des policiers caillassés lors d’une intervention dans un quartier sensible pour une mère de famille blessée par balle

Image d'illustration Photo: DR
Image d'illustration Photo: DR

Dimanche soir, au moins deux fusillades ont éclaté dans des quartiers sensibles de Saint-Nazaire. Au cours de l’une d’elles, une mère de famille de 39 ans a été blessée par balle à une jambe, par un tir à travers la porte de son logement, au cours d’une descente de “jeunes” armés dans son immeuble. Lors de leur intervention sur les lieux, les policiers ont été accueillis à coups de pierres et le renfort de 80 CRS venus de Bordeaux a été nécessaire.

La soirée du dimanche 28 juin a été chaude à Saint-Nazaire pour les forces de l’ordre. En effet plusieurs fusillades ont éclaté dans des quartiers sensibles de la commune entre 21h30 et 23h00.

C’est tout d’abord dans le quartier du Petit-Caporal que deux hommes ont été visés par des tirs, alors qu’ils sortaient d’un restaurant. Les deux victimes n’ont pas été blessées. Leurs agresseurs ont tiré depuis une automobile, actuellement toujours recherchée.

Un peu plus tard, c’est dans le quartier à forte population immigrée de La Bouletterie que des tirs ont été entendus. Un groupe de “jeunes”, équipés d’armes de poing, de battes de base-ball et de barres de fer a investi un immeuble du quartier.

La bande était, semble-t-il, à la recherche de quelqu’un et plusieurs coups de feu ont été tirés. Une mère de famille de 39 ans a été blessée par une balle ayant traversé la porte de son appartement, situé dans cet immeuble.

La victime, blessée à la cuisse, a été prise en charge par les secours et hospitalisée dans un service d’urgences. Assez sérieusement atteinte, elle a dû être opérée mais ses jours ne seraient actuellement pas en danger.

C’est au cours de l’intervention d’unités de la police nationale sur les lieux que la situation a dégénéré. Des groupes de “jeunes” du quartier, hostiles à toute présence policière, ont érigé des barricades de fortune et s’en sont pris aux forces de l’ordre.

Les policiers venus effectuer les premières constatations ont alors essuyé une pluie de pierres et de divers projectiles et l’intervention d’unités en renfort a été nécessaire pour permettre de rétablir un calme qui semble plus que précaire.

Dès le lendemain, une compagnie de 80 CRS, venue de Bordeaux, a été déployée dans ce quartier pour tenter de maintenir un semblant de paix. On ne sait pas, pour l’heure, quelles suites judiciaires vont être données à ces affaires par le parquet de Saint-Nazaire.

Source: Ouest France/ L’Écho de la Presqu’Île

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici