Pourquoi un juge libanais interdit-il à la presse de dire que le Hezbollah a volé des milliards à ses concitoyens?

Manifestation au Liban Photo: DR
Manifestation au Liban Photo: DR

Ce samedi, un juge libanais a ordonné à la presse nationale de ne pas relayer les déclarations de l’ambassadrice des États-Unis sur le Hezbollah, la milice chiite, bras armé de l’Iran, et dont la puissance rivalise avec l’armée libanaise. Cette censure a provoqué un tollé au sein du gouvernement et des médias libanais.

Lors d’un entretien vendredi avec la chaîne de télévision Al-Hadath, l’ambassadrice américaine, Dorothy Shea, a expliqué que les États-Unis avaient “de graves inquiétudes sur le rôle du Hezbollah, une organisation terroriste”.

La milice chiite a “siphonné des milliards de dollars qui auraient dû aller dans les coffres du gouvernement afin de satisfaire aux services basiques dont manquent les citoyens (…) Elle a entravé certaines réformes économiques dont le Liban a désespérément besoin”, a-t-elle accusé, alors que le pays est complètement ruiné.

“Les sanctions anti-terroristes (des États-Unis) s’appliquent non seulement au Hezbollah mais à ceux qui lui fournissent un soutien matériel”, a rappelé l’ambassadrice.

Des déclarations qu’un juge d’un tribunal de Tyr, dans le sud du pays, a interdit de retransmettre, en publiant un ordre en ce sens d’une durée d’un an visant les les médias locaux et étrangers au Liban. Si l’ambassadrice est protégée par l’immunité diplomatique, ce n’est pas le cas des médias qui peuvent être passibles de sanctions s’ils passent outre cette interdiction, a-t-il menacé.

La ministre libanaise de l’Information, Manal Abdel Samad, a immédiatement balayé cette décision, rappelant que “personne n’a le droit d’interdire aux médias de couvrir l’actualité”.

Plusieurs médias se sont indignés de la censure du juge. La chaîne locale LBC a ainsi estimé qu’elle était “non contraignante et impossible à mettre en œuvre”, et qu’elle violait la liberté de la presse.

Source: AFP

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici