Payée par l’État grec au pied de l’Acropole! Quel danger la mosquée d’Athènes cache-t-elle?

Le Parthénon/Wikicommons
Le Parthénon/Wikicommons

Malgré la levée de boucliers de l’Église orthodoxe, et des patriotes grecs, la première mosquée officielle d’Athènes depuis la libération de la Grèce de l’Empire ottoman, va ouvrir ses portes à l’automne. Le projet hostile, lancé depuis 2007, a été plusieurs fois dénoncé pour sa dangerosité.

Car l’édification d’un tel bâtiment est lourd de sens, particulièrement en Grèce, berceau de la civilisation occidentale, qui a été asservie par l’Empire ottoman pendant des siècles, avant de reconquérir son indépendance au XIXe siècle.

Surtout à l’heure où la Turquie voisine, dirigée par un dictateur islamiste, livre un djihad migratoire contre l’Europe et appelle ouvertement à sa conquête. Car loin de n’être qu’un lieu de culte, une mosquée est une caserne de djihadistes, comme l’avouait Erdogan lui-même: “Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées seront nos casernes et les croyants nos soldats.”

La mosquée d’Athènes, construite avec des fonds de l’État, a été terminée en 2019, et pourra accueillir 350 de ces soldats, pardon, de ces croyants, dans la dernière capitale européenne qui était encore préservée jusque-là d’une telle édification.

Les mosquées présentes en Grèce sont situées dans la région frontalière avec la Turquie, où sont établis déjà 150 000 Turcs. Ailleurs dans le pays, les musulmans, sont en grande partie des clandestins, et établissent illégalement des mosquées dans des appartements ou des caves. 250 000 musulmans sont actuellement installés à Athènes.

Le projet avait reçu le soutien du prédicateur islamiste des Frères Musulmans, Tariq Ramadan qui avait fait une comparaison en expliquant qu’on ne se refusait pas à la construction d’un gymnase parce qu’il pourrait y avoir des gens qui s’y casseraient une jambe.

Ce à quoi lui avait répondu le brillant lanceur d’alerte britannique, Douglas Murray, qu’un gymnase qui apprend aux gens à se casser la jambe, ne devrait pas être construit au vu du danger qu’il constitue, concluant ainsi sur le sort que devrait connaître la mosquée.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici