Air France, Lufthansa… L’Europe déroge à ses propres règles pour les arroser de milliards

Image d'illustration / Photo: Pixabay
Image d'illustration / Photo: Pixabay

Les gouvernements injectent de l’argent dans les compagnies aériennes alors que c’est leur propre politique de confinement qui a contribué à mettre ces entreprises par terre.

La Commission européenne a approuvé jeudi l’intervention de l’Etat allemand au capital de Lufthansa, pour 9 milliards d’euros, afin d’aider la compagnie aérienne à surmonter la crise liée au confinement. La mesure analogue en France, c’est 7 milliards pour Air France.

Il s’agit d’un “assouplissement provisoire” des règles européennes en matière d’aides d’Etat face à la crise économique allant à l’encontre du principe de la concurence.

Outre cette injection de capital, l’Etat allemand va apporter sa garantie à un prêt de 3 milliards d’euros pour Lufthansa.

Ce plan de sauvetage d’un montant global de 9 milliards d’euros va être soumis jeudi au vote des actionnaires. L’homme d’affaire allemand Heinz Hermann Thiele, qui détient 15,5% du capital, a annoncé qu’il le soutiendrait.

En France, la compagnie aérienne Air France va recevoir des prêts totalisant 7 milliards d’euros

Selon Bruno Le Maire, ce plan généreux – avec l’argent du contribuable – est historique. Voilà que le gouvernement va prêter 7 milliards d’euros à Air France, compagnie détenue à 14,30% par l’Etat français.

Il faut sauver notre compagnie nationale“, a-t-il ajouté. Il s’agit en détail de 4 milliards de prêts bancaires garantis par l’Etat et 3 milliards de prêt direct de l’Etat.

Est-ce que ce prêt sera un jour remboursé? 7 milliards d’euros c’est environ la moitié du chiffre d’affaires annuel d’Air France. Peut-on imaginer que la compagnie, une fois la crise du confinement passée, renouera avec son chiffre d’affaires et ses bénéfices pour combler trois mois de trou noir? Ce prêt ne serait-ce plutôt une subvention à long terme?

Pire encore: en contrepartie des aides publiques, le gouvernement oblige Air France à abandonner un certain nombre de vols reliant les villes françaises au nom d’une lubie idéologique écolo, pour “réduire son bilan carbone”.

Comment Air France pourra renouera avec ses bénéfices si l’on empêche de travailler? Si elle ne sert plus à transporter les passagers, à quoi sert-elle? Et si elle ne sert à rien, pourquoi devons-nous la financer?

Source: Reuters/ BFMTV/ RMC/ RTL

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici