Proxénétisme: un réseau familial itinérant démantelé

Image d'illustration / Photo: Twitter
Image d'illustration / Photo: Twitter

C’est le parquet de Saint-Étienne qui l’a annoncé en début de semaine: 9 membres d’un réseau familial de proxénétisme sévissant principalement à Lyon, Saint-Étienne et Toulouse, ont été interpellés simultanément la semaine dernière dans ces trois villes.

Au départ de l’enquête, en octobre 2018, la mort par défenestration, du premier étage d’une maison de Balbigny (Loire), d’une des 15 jeunes femmes exploitées par le réseau. Elle tentait d’échapper aux proxénètes violents.

À la tête de cette organisation, deux délinquants connus de la justice. Mais pour s’occuper de la logistique, ils avaient enrôlé leur mère, agent hospitalier, ainsi qu’une tante et une cousine, elle aussi socialement insérée, avec un emploi salarié. Il leur incombait entre autres de faire les réservations des appartements loués à la semaine pour les prostituées.

C’est pendant une “session”, organisée à Toulouse pour une partie de la quinzaine de jeunes femmes, dont deux mineures, qu’ils exploitaient, qu’a eu lieu l’interpellation des membres de ce réseau familial itinérant.

Le chef du groupe de recherches interministériel (GIR) de Lyon, Pierre Pascaud, a estimé les gains du réseau à près de 800 000 euros sur les deux dernières années, malgré l’interruption de leur activité pendant plus de deux mois, du fait du confinement.

Pour l’instant, la section de recherches de la gendarmerie de Lyon a indiqué que “les perquisitions ont permis la saisie de 165 000 euros en espèces et d’une très grande quantité de bijoux“.

Source: Sud Ouest

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici