VIDEO. À Brême, la police abat un agresseur marocain avec un couteau, elle est immédiatement accusée de racisme

Image d'illustration/DR
Image d'illustration/DR

À Brême, un Marocain de 54 ans est mort des suites de coups de feu tirés par une policière avec son arme de service. Une vidéo montre le déroulement de la scène. Selon le ministère public, il s’agit de l’expulsion d’un locataire qui a refusé de quitter l’appartement.

Jeudi, la police de Brême avait signalé sur Twitter qu’une personne avait été blessée suite à des tirs lors d’une opération de police dans un lotissement de Brême-Gröpelingen. La personne touchée est morte peu après à l’hôpital.

La patrouille a été appelée par les voisins “en raison d’une crise psycho-sociale du Marocain de 54 ans qui est mort pendant l’opération“, a-t-on déclaré officiellement.

La vidéo de la scène a circulé sur les réseaux sociaux peu après, malgré la demande de la police de ne pas la partager.

La première chose qu’on voit, c’est une dispute verbale dans la cour d’un immeuble. Deux policiers en uniforme et deux en civil demandent à plusieurs reprises à un homme de poser un long couteau qu’il tient dans sa main.

Mais l’homme refuse. Lorsqu’un policier tente de le désarmer à l’aide d’un spray au poivre, l’homme se rue sur les agents, le couteau à la main. Deux coups de feu sont tirés et l’homme tombe au sol. les images le montrent en train de tenter de se lever.

Les enregistrements de l’incident sur les téléphones portables suggèrent que les coups de feu ont été tirés par une femme policier participant à l’opération, qui avait auparavant demandé à plusieurs reprises à l’homme armé du couteau de déposer son arme.

Le parquet de Brême a ouvert une enquête pour “homicide par négligence”.

L’immigré marocain avait été mis en demeure de quitter son logement à cause des nombreux dégâts qu’il y a provoqués. Des représentants de la société de logement, sur place pour inspecter l’appartement, étaient accompagnés par la police.

Lorsque la police a voulu amener l’individu au poste de police pour un examen psychiatrique, la situation s’est aggravée par son refus d’obtempérer.

Selon le syndicat de la police, la vidéo montre clairement l’attaque dont a été victime l’officier, et que lui et son collègue avaient auparavant tenté, en vain, de désamorcer la situation en s’adressant à l’officier.

Sur les réseaux sociaux, l’opération policière à Brême est vivement débattue. De nombreux utilisateurs se demandent si l’utilisation d’arme à feu était justifiée et si l’incident a peut-être un fond raciste.

Qu’y a-t-il de raciste dans la défense contre un agresseur avec un couteau? Tout simplement parce que l’homme qui a été abattu par un policier était marocain.

Source: Die Welt

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici