Erdogan tue des civils en Irak: l’intervention turque visant les Kurdes se poursuit

Image d'illustration / Photo: DR
Image d'illustration / Photo: DR

Cinq civils ont été tués dans des raids aériens menées par Ankara, qui poursuit vendredi une vaste offensive dans le nord de l’Irak contre des rebelles kurdes de Turquie, malgré les protestations officielles de Bagdad.

Toujours dans le Kurdistan irakien, un soldat turc est mort vendredi lors d’affrontements avec les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a indiqué le ministère turc de la Défense.

La Turquie, voisine de l’Irak, a lancé dimanche des raids aériens contre des positions du PKK, qui dispose de bases et camps d’entraînement dans le nord kurde et montagneux de l’Irak.

En dépit des protestations des autorités irakiennes contre ces premières hostilités, la Turquie a maintenu sa position et même lancé mercredi “Griffes du tigre”, une nouvelle campagne, cette fois-ci terrestre en plus d’être aérienne.

Ses hélicoptères ont transporté mercredi des commandos de forces spéciales, qui agissent désormais au sol au Kurdistan d’Irak en plus des frappes aériennes régulières dans la zone et menées tant dans la région autonome que dans des territoires disputés dépendants des autorités centrales de Bagdad.

Les positions du PKK ont essuyé d'”intenses” tirs turcs à la frontière, a ajouté le ministère dans un communiqué.

L’ampleur exacte de l’opération turque “Griffes du tigre” n’est pas connue dans l’immédiat, faute d’accès à la zone. Mais elle est plus limitée que les offensives d’envergure lancées ces dernières années par Ankara en Syrie contre des combattants kurdes syriens.

A deux reprises cette semaine, Bagdad a convoqué l’ambassadeur turc qui a répondu que son pays poursuivrait son action contre le “terrorisme” aussi longtemps que l’Irak n’aurait pas expulsé le PKK, une organisation considérée comme “terroriste” par la Turquie, les Etats-Unis et l’Union européenne.

Le PKK est également un adversaire pour le pouvoir à Bagdad et un concurrent pour les autorités kurdes irakiennes, qui tentent en vain depuis des années de faire partir ses combattants. Pour cette raison notamment, ils tolèrent le maintien d’une dizaine de postes militaires turcs au Kurdistan depuis 25 ans.

Le PKK livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984. Le conflit entre l’Etat turc et les combattants kurdes a fait plus de 40 000 morts, dont de nombreux civils, depuis son déclenchement.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici