Que prône vraiment ce geste? FL24 vous dévoile l’imposture de cette posture haineuse

Le footballer Marcus Thuram, fils de Lilian Thuram, posant le genou à terre/Twitter
Le footballer Marcus Thuram, fils de Lilian Thuram, posant le genou à terre/Twitter

Devant la menace des émeutes raciales, des policiers américains mettent désormais le genou à terre en signe de soutien au mouvement d’extrême gauche violent et raciste “Black Lives Matter”, croyant qu’il s’agit d’un geste pacifique qui dénoncerait le racisme. Mais la réalité est totalement différente…

Récemment, ce geste a été exécuté dans un stade le dimanche 31 mai, par le footballeur Marcus Thuram, baptisé ainsi par son père, Lilian Thuram, en référence à Marcus Garvey, l’un des pères du nationalisme noir, référence suprême des suprémacistes noirs. Pas vraiment une figure de la fraternité entre Blancs et Noirs…

D’ailleurs, cette posture était déjà apparue à l’origine dans un stade, par un joueur d’un autre football: l’américain. En 2016, Colin Kaepernick avait été à l’initiative de ce geste lors de l’hymne américain en signe de défi aux États-Unis, sous couvert du même faux-semblant de racisme dans la police, au mépris de la vérité.

Colin Kaepernick, loin de s’arrêter à cet outrage, a continué de répandre sa haine de l’Amérique en relayant la propagande djihadiste sur Twitter. Une victimisation fabriquée pour désigner un bouc-émissaire, une propagande subversive vieille comme le monde.

Voilà ce que trahit vraiment ce geste: Une haine profonde de l’Occident dont les États-Unis est la plus grande puissance, et dont la police est accusée d’être l’instrument d’oppression exclusif des Blancs contre les minorités.

En conséquence de quoi, en se mettant à genoux, les policiers ne se contentent pas de se prosterner devant les manifestants de cette haine, ils l’adoubent et la renforcent en cautionnant le mensonge sur lequel elle s’établit.

Source: FL24

6 Commentaires

  1. Il est ou ce beau monde d’avant des années 70 et 80.Ma jeunesse dans la cantine ou tout le monde mangeait à la même table et le même menu. Dans les cours de récréation ou on s’amusait ensemble, personne ne se posait de questions de savoir de quelle origine on était. Il est ou ce monde ou on était heureux, sans censures et sans tyrannie de la minorité. Il est ou ce monde perdu dans les abysses de la stupidité des genres, de la “diversité” du vegan du politiquement correct, de l’interdit et de la censure à tout va. Ou es-tu pays de mon enfance ou il faisait bon vivre ensemble? REVIENS “on va vivre la main dans la main”,comme avant sans qu’on cherche à nous séparer et nous distinguer. Reviens pour qu’on soit de nouveau à table ensemble.
    Non ce monde est perdu à tout jamais. C’est “les paradis perdus”, monte infâme et sans âme soyez maudit d’avoir fait de notre monde un astre sans lumière.
    “les hommes ne font plus les lois, mais quelques hommes font la loi”
    “la terre a une peau et cette peau attrape des maladies et l’une de cette maladie c’est l’homme”
    Rendez moi le monde de ma jeunesse, rendez moi l’espoir de vouloir continuer à vivre.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici