Attentat transphobe: J.K. Rowling rappelle que seules les femmes ont leurs règles

J.K Rowling/DR
J.K Rowling/DR

Horreur! Ultra-violence! Âmes sensibles s’abstenir! La célèbre reine britannique du politiquement correct, auteur de la saga Harry Potter, a osé rappeler cette évidence biologique élémentaire, ce qui lui a attiré un torrent de haine d’internautes l’accusant de “transphobie”.

Les procureurs de Twitter ont immédiatement déclenché une fatwa sur J.K. Rowling qui, en rappelant une évidence scientifique, a ainsi commis un crime “anti-trans” et “transphobe”. Les accusateurs publics du net ont ensuite prétendu que les personnes “transgenres, non binaires et non conformes au genre” peuvent également avoir leurs règles.

Devant la gravité des chefs d’accusation, la prévenue a tout de suite répondu: “Je respecte le droit de chaque personne trans à vivre de façon authentique et confortable pour elle. Je marcherais avec vous si vous étiez victime de discrimination. En même temps, ma vie a été façonnée par le fait d’être une femme. Je ne pense pas que ce soit odieux de le dire”.

L’association GLAAD qui défend les droits des genres, qui n’existent même pas, a répondu à l’attentat numérique en expliquant que l’auteur s’était aligné sur une idéologie qui “déforme délibérément les faits sur l’identité de genre et sur les personnes trans. En 2020, il n’y a aucune excuse pour cibler les personnes trans.” Impardonnable!

Ce n’est pas la première fois que J.K. Rowling est accusée de ce crime qui n’existe pas. En décembre 2019, elle avait soutenu une chercheuse britannique, Maya Forstater, licenciée pour avoir affirmé qu’une personne ne pouvait pas changer son sexe biologique.

Cet exemple de tribunal transsexuel 2.0 illustre à merveille ce que prophétisait feu Philippe Muray: l’envie de pénis est remplacé par l’envie du pénal.

Source: RTL

5 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici