Quel paradoxe! Mark Zuckerberg est devenu celui qui s’oppose à la censure

Mark Zuckerberg / Photo: Wikimedia Commons
Mark Zuckerberg / Photo: Wikimedia Commons

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, se prononce en faveur de la liberté d’expression, et c’est tant mieux pour lui. Dommage que d’autres acteurs des réseaux sociaux ne puissent pas adopter le même principe.

“Zuck” refuse de suivre Twitter et Snapchat pour signaler ou censurer les messages du président Trump sur les réseaux sociaux, et ceci malgré la pression énorme exercée sur lui d’en haut et d’en bas.

Même après que des centaines de ses employés ont organisé une manifestation virtuelle de protestation, après une lettre ouverte des “anciens” de Facebook et après la pression de la part des lobbies gauchistes et droitsdelhommistes, le fondateur de Facebook campe sur ses positions.

Vendredi dernier, Twitter a caché un tweet de Trump qui comprenait la phrase : “Quand le pillage commence, les tirs commencent” derrière une étiquette d’avertissement, citant une politique (rarement appliquée) contre “l’apologie de la violence”.

Et mercredi, Snapchat a déclaré qu’il supprime la présence des messages de Donald Trump sur sa page “Discover”, du contenu provenant de comptes importants, sans aucune raison précise, juste en se cachant derrière les habituels slogans antiracistes.

Mark Zuckerberg a clairement réalisé qu’il ne peut pas suivre les autres réseaux sociaux dans cette folie de surenchère gauchiste et continuer à prétendre que Facebook est une simple plateforme, neutre et sans engagement gauchiste.

Ainsi, il estime qu’il est préférable que les gens puissent voir et juger par eux-mêmes les messages de Trump ou ceux de tout autre politicien. “Nous devrions permettre autant de liberté d’expression que possible, sauf si cela entraîne un risque imminent de dommages ou de dangers spécifiques énoncés dans des politiques claires“, a déclaré le PDG de Facebook.

En fait, laisser les gens lire et juger par eux-mêmes, c’est ça la liberté d’expression et non pas faire taire quelqu’un juste parce que quelqu’un d’autre trouve arbitrairement ses mots politiquement incorrects.

Ce qui est positivement étonnant, c’est de voir le patron de Facebook se dresser contre les censeurs assumés de l’expression politique de droite (Twitter, Snapchat, etc.), alors que sa plateforme censure elle-même à tour de bras. FL24 le sait bien, nous en sommes les victimes.

Pourquoi il faut ABSOLUMENT vous abonner gratuitement à FL24

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici