L’étude du Lancet contre l’hydroxychloroquine était bidon: ses auteurs se rétractent

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Trois des auteurs d’une étude sur l’hydroxychloroquine parue dans la revue médicale The Lancet, ayant conclu à une augmentation du risque de décès en cas d’utilisation de ce traitement antipaludéen chez des patients atteints par le Covid-19, ont retiré leur signature à cet article en se cachant derrière le prétexte de doutes sur les données utilisées.

Ces auteurs déclarent que Surgisphere, l’entreprise ayant fourni ces données, n’avait pas fourni l’ensemble des données permettant un examen indépendant et qu’ils “ne peuvent plus se porter garants de la véracité des sources primaires de données“.

L’OMS au niveau mondial et la Macronie au niveau français se sont précipités à la vitesse grand V pour interdire la chloroquine en se basant sur ce fake news.

A la suite de la publication de cette étude en mai, l’Organisation mondiale de la Santé avait suspendu ses essais sur l’hydroxychloroquine comme traitement potentiel contre le nouveau coronavirus. Elle a annoncé mercredi qu’elle allait les reprendre.*

En France, le gouvernement a pour sa part interdit fin mai l’utilisation de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints par le coronavirus. Certains commentateurs

Pourant, des scientifiques ont averti que cette étude était suspects. “Lancet, c’est le tabloïd de la presse médicale. Ils font le buzz avec des données fake“, selon le professeur Philippe Froguel, un scientifique reconnu dans le domaine de la recherche médicale. “Ce papier est une merde en grande partie fabriquée par une firme inconnue qui voulait se faire de la pub.”

La presse française a repris cette étude sans réfléchir tandis que le gouvernement macroniste a sauté sur l’occasion réagi pour “régler leurs comptes avec Raoult‘ en interdisant la chloroquine.

C’est un règlement de comptes politique pour arrêter la prescription désorganisée de choloroquine“, affirme Philippe Froguel. “Pour tuer la chloroquine, on s’appuie sur un article qui n’est pas scientifique.”

Source: Reuters/ France 3 Hauts-de-France

2 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici