Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’Onu défend les trafiquants de drogue aux Philippines

Image d'illustration / Photo: GettyImages
Image d'illustration / Photo: GettyImages

Des dizaines de milliers de personnes pourraient avoir été tuées aux Philippines depuis mi-2016 dans le cadre de la “guerre anti-drogue”, sur fond de quasi- impunité pour la police et d’incitation à la violence de la part de hauts représentants, ont déclaré jeudi les Nations Unies.

La répression du narcotrafic, lancée par le président Rodrigo Duterte après son arrivée au pouvoir en 2016 en promettant d’éradiquer la criminalité, a été marquée par des consignes policières et une rhétorique de hauts représentants qui pourraient avoir été interprétées comme des “permissions de tuer”, selon le Haut-Commissariat aux droits de l’homme.

Dans un rapport, l’organe onusien accuse la police philippine de systématiquement contraindre les suspects à faire des aveux ou à risquer la mort. Il souligne que la police locale n’a pas besoin de mandat pour mener des perquisitions ou des arrestations.

La police assure agir dans le respect de la loi et clame que les morts interviennent lors de fusillades avec des trafiquants refusant d’être arrêtés.

Source: Reuters

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici