Boris Johnson contre la Chine communiste: il veut accueillir 3 millions de personnes de Hong Kong

Hong Kong / Photo: Needpix
Hong Kong / Photo: Needpix

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que le Royaume-Uni n’abandonnerait pas Hong Kong si la Chine imposait une loi liberticide sur la sécurité nationale. Il se dit prêt à accueillir trois millions de personnes de l’ancienne colonie britannique.

Hong Kong réussit parce que ses habitants sont libres“, a déclaré Boris Johnson. “Si la Chine poursuit ses efforts, cela serait en conflit direct avec ses obligations en vertu de la déclaration commune, un traité juridiquement contraignant enregistré auprès des Nations unies“.

De nombreuses personnes à Hong Kong craignent que leur mode de vie, que la Chine s’est engagée à respecter, soit menacé“, a-t-il ajouté.

Boris Johnson a déclaré qu’il autoriserait les détenteurs de passeports britanniques de Hong Kong à s’installer au Royaume-Uni et leur offrirait une voie d’accès à la citoyenneté.

Il a ajouté qu’il y a environ 350 000 détenteurs de ce passeport à Hong Kong et que 2,5 millions de personnes peuvent en demander un.

Le Parlement de la Chine communiste a approuvé la semaine dernière une mesure visant à réprimer “la sécession, la sédition, le terrorisme et l’ingérence étrangère” à Hong Kong.

La Grande-Bretagne ne peut pas, en bonne conscience, hausser les épaules et s’en désintéresser, nous allons honorer nos obligations et proposer une alternative“, a déclaré Boris Johnson.

En 1997, la Grande-Bretagne a restitué Hong Kong à la Chine qui lui a accordé l’autonomie dans le cadre d’une politique “un pays, deux systèmes” avec Pékin.

La Chine a dit au Royaume-Uni de se mêler de ses affaires.

Les remarques et accusations irresponsables du Royaume-Uni marquent une immixtion dans les affaires intérieures de la Chine, y compris les affaires de Hong Kong“, a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

L’agitation à Hong Kong dure depuis mars 2019, lorsque Pékin a envisagé une mesure désormais abandonnée qui permettrait aux suspects criminels de Hong Kong d’être renvoyés en Chine continentale pour y être jugés.

Source: Reuters

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici