Facebook va-t-il traiter Donald Trump comme un terroriste?

Donald Trump / Photo: DR
Donald Trump / Photo: DR

Donald Trump aime Twitter. Il en a fait son moyen préféré de communiquer directement avec le peuple américain. Ses tweets sont commentés par la presse du monde entier: ils sont devenus un enjeu politique majeur. Et cela angoisse la gauche mondiale, qui rêve de faire taire le président américain.

Twitter a déjà, ces derniers jours, censuré certains propos de Trump. Facebook hésite à faire de même.

Exemple. Au sujet des émeutes en cours, Trump a tweeté: “Les pillages seront immédiatement accueillis par les balles”. La gauche américaine a immédiatement réagi en hurlant que ce propos était insupportable. Pourtant, il n’était qu’un rappel de la loi, dans un pays où la propriété privée est sacrée. Mais la gauche se moque de la loi. Elle veut museler ceux qui la défendent.

Mark Zuckerberg a décidé de ne pas censurer cette phrase. Mais il a tout de même déclaré “avoir hésité toute la journée”. Manière de signifier qu’il aimerait le faire, puisqu’il est de gauche, mais qu’il n’ose pas, car il a le sens du business. Après tout, si les émeutiers s’en prenaient aux locaux de Facebook, il serait le premier à exiger qu’ils soient arrêtés…

Sur sa page Facebook, Zuckerberg condamne donc “la rhétorique discriminante et incendiaire” de Donald Trump, mais il précise qu’il ne fera pas taire le président américain sur son réseau, au nom de la liberté d’information et d’expression.

Ces beaux idéaux ne l’ont pourtant pas empêché de mettre de sérieux bâtons dans les roues de FL24!

Le Figaro explique: “Twitter et Facebook ont mis en place des systèmes de lutte contre les contenus dangereux (appels à la haine, harcèlement…) et contre la désinformation. Mais Facebook exempt les personnalités et candidats politiques de l’essentiel de ces mesures.” Cette règle constitue une dernière digue contre la censure générale de tout ce qui n’est pas de gauche, mais combien de temps tiendra-t-elle?

La tendance, sur les réseaux sociaux, est à traiter les esprits libres, insolents, courageux, exactement comme s’ils étaient des terroristes. Mais cette tendance est extrêmement dangereuse: elle sert les intérêts des ennemis de l’Occident, qui ont pour objectif prioritaire de bâillonner quiconque les critique. Moins il y a de liberté, plus il y a de terreur.

En somme, Zuckerberg zigzague. Et pas qu’un peu. Car Le Figaro ajoute: “Mark Zuckerberg et Donald Trump se sont entretenus vendredi par téléphone.”

Source: Le Figaro

 

1 COMMENTAIRE

  1. RIEN ne peut atteindre TRUMP, l’Homme.
    En fait il aime les challenges, la lutte, le combat. Il ne recule pas. Il avance.
    De la meme facon qu’il a mene toute sa vie professionnelle.
    De la meme facon qu’il a mene sa premiere campagne electorale.
    Quand on croit qu’il va se defendre, en fait IL ATTAQUE.
    Il a l’esprit tres vif, des arguments qui tuent ses adversaires.
    Les Dems ?? ils vont se coucher devant lui, TRES BIENTOT, s’is veulent continuer a mener une vie tranquille.
    Surtout en politique, ou les Dems savent si bien tourner leur veste
    Les Dems ?? ils seront les premiers a utiliser leurs armes, si on touche a leurs biens, a leurs privileges…
    donc. ils feraient mieux de mettre un bemol a leurs propos.
    On ne fait pas TAIRE un Homme, un MONSIEUR, comme TRUMP !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici