Exclusif: pourquoi Donald Trump va être réélu président

Image d'illustration / Photo: NeedPix
Image d'illustration / Photo: NeedPix

FL24 vous l’annonce cinq mois avant les élections présidentielles américaines: Donald Trump va être réélu. Et ici, pas de raisonnements universitaires incompréhensibles, pas de sondages, pas de statistiques: simplement du bon sens. 

Donald Trump a glissé sur la peau de banane de la pandémie du coronavirus. Mais sa chute va assurer sa réélection. Voici pourquoi.

Lui, qui avait redynamisé l’économie américaine comme aucun président américain avant lui, se prend de plein fouet l’énorme crise générée par le confinement. Il misait sa réélection sur le retour de la prospérité aux États-Unis, et il vient de tout perdre avec le terrible retour des faillites et du chômage. Il vient de tout perdre… en apparence.

Car le peuple américain a deux critères pour juger les candidats aux élections présidentielles. D’une part, l’économie du pays. D’autre part, la défense du territoire, de la sécurité et de l’identité.

Sur le terrain de l’économie, le confinement a considérablement fait reculer Trump. Et sa gestion imparfaite de l’épidémie sur le sol américain a aggravé cette tendance.

Mais deux événements sont venus inverser cet échec, et en faire une réussite. D’abord, la découverte par le monde des mensonges de Xi Jinping, qui ont tué des innocents sur les cinq continents. Ensuite, les émeutes en cours, qui mettent en danger la société américaine.

L’électorat américain de droite, qui commençait à s’endormir sur les lauriers de la prospérité retrouvée, se réveille d’un coup. Soudain, l’Amérique a des adversaires extrêmement dangereux, de vrais ennemis qui veulent l’anéantir, et elle doit impérativement être défendue avant qu’il ne soit trop tard. Il faut donc un homme pour la défendre. Et, dans ce rôle, aujourd’hui, nul n’est mieux placé que Donald Trump.

Face au techno-totalitarisme impérialiste de Xi Jinping, comme face à la barbarie chaotique des antifas, Trump est le candidat idéal. Il est peut-être grossier et nerveux aux yeux des beaux esprits de gauche, mais sa sincérité ne saurait être remise en question sur certains sujets: anticommuniste par tous les pores de sa peau, férocement attaché à la liberté de commercer et d’entreprendre, il est le parfait rempart, à la fois contre Pékin et contre les black blocs.

Son courage face au Parti Communiste Chinois est hautement apprécié: les Américains ne sont pas assez fous pour croire que Trump joue la comédie face à Xi. Les enjeux économiques, géopolitiques, militaires, du duel entre Washington et Pékin sont de terribles réalités, et la part la plus lucide de l’Amérique tient à ce président qui ne baisse jamais la garde.

Et, maintenant, Trump démontre le même courage face à un autre communisme, intérieur, celui de l’extrême-gauche, des antifas, des communistes déguisés en antiracistes, qui haïssent l’americain way of life et rêvent d’instaurer l’anarchie. Son impressionnant discours d’hier soir en est la preuve éclatante.

Alors, logiquement, mécaniquement, l’électorat de droite va se lever comme un seul homme, et exiger que Trump soit le prochain président américain. Ce n’est plus une question d’image, ni d’idées, mais de survie. L’Amérique est l’Amérique: elle veut rester elle-même. Quand son existence est en danger, elle envoie balader les idéologies, les slogans, les utopies, et elle se rencontre sur l’essentiel: tenir bon.

Face à Trump, Joe Biden, candidat du Parti Démocrate, passe pour un homme flou, mou, sans nerf ni tripes. Exactement le genre d’homme à éloigner du Bureau Ovale, quand des incendies se déclarent tout autour. Biden n’est pas l’homme de la situation, et même les votants de gauche le reconnaissent en privé. Alors, encerclé par ses ennemis sur la scène internationale et dans la rue, mais sans le moindre challenger pour le battre dans les urnes, Trump sera réélu.

La gauche a tort de haïr Trump: plus elle est hystérique, plus elle enrage contre lui, plus elle veut le faire taire, plus elle prépare son deuxième mandat de président des États-Unis.

Avec cinq mois d’avance, FL24 envoie ce message à Donald Trump: félicitations.

1 COMMENTAIRE

  1. ahah.. je vous avais devance… j’en suis persuadee depuis longtemps !
    Bref, Trump est AUSSi apprecie de l’electorat Dems, maintenant.
    Parce que les erreurs commises dans les Etats democratiques concernant le confinement, et la montee de la violence qui s’en suit, a travaille pour Trump.
    Il faut aussi se rappeler que Trump, malgre son immense fortune, est un homme du Peuple, qui sait parler au Peuple, qui dit ce que le Peuple pense.
    (pas plus tard que ce matin, chez mon veto.. un homme de gauche qui a des amis democrates au Texas… me rapportaient qu’ils lui disent :’nous ne ne sommes pas Republicains.. mais nous aimons Trump, l’Homme)
    Friedrich, le grand pere de Trump est arrive – sans un sou – a l’age de 16 ans, d’Allemagne. il a travaille, dur, tres dur, saisissant toutes les opportunites. La chance lui a souri. Il est mort de la grippe espagnole, donc en 1918, a 49 ans.
    Il a laisse un gamin, Fred, de 13 ans, qui a du interrompre ses etudes, et a su faire fructifier les qq immeubles herites de son pere. Il a fait fortune, mais a continue a vivre sans ostentation, dans une maison simple dans le Queens.
    Donald est alle a l’ecole publique. A 13 ans, son pere l’a inscrit dans une academie militaire, ou il a appris le respect. A 25 ans, son pere le choisit pour lui succeder. Le met a l’epreuve en lui confiant 1 million de dollars, AU bout d’un an, il a rembourse son pere, et avait fait fructifie cette somme. Son entreprise, il l’a gere lui-meme pendant 45 ans. Elle vaut des milliards, en 2017, elle a fait 9 milliards de benefice.
    La societe americaine s’est construite sur la reussite sociale, car les emigrants venaient sans rien. Les Americains ont de l’admiration, du respect pour cet homme, qui a travaille dur, qui sait ce que c’est de diriger une entreprise, des affaires (pas un bon a rien qui sort d’un chapeau de magicien ), qui a cree des emplois, et qui aujourd’hui est capable de vivre comme eux, de parler comme eux, le meme langage, avec le meme reve, le meme respect pour le Drapeau, pour l’Hymne, pour l’Armee.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici