Le totalitarisme chinois s’abat sur la jeunesse de Hong Kong

Photo/Internet DR
Photo/Internet DR

C’est officiel: la police de Hong Kong a interdit la veillée annuelle marquant le massacre de la place Tiananmen en 1989 pour la première fois en 30 ans… en invoquant évidemment la lutte contre le coronavirus.

Lundi, comme le révèle Hong Kong Free Press, la police a écrit une lettre à l’Alliance qui coordonne le soutien des mouvements démocratiques à Hong Kong, pour lui annoncer qu’elle s’opposait au grand rassemblement prévu à la date-anniversaire du massacre de la place Tiananmen.

“Les assemblées publiques sont une activité à haut risque en raison de l’importance des foules qui s’y rassemblent. La police estime que l’événement augmentera non seulement les chances des participants de contracter le virus, mais qu’il menacera également la vie et la santé des citoyens, mettant ainsi en danger la sécurité publique et affectant les droits des autres”, ont déclaré les forces de l’ordre hongkongaises.

Le mémorial aux chandelles du 4 juin attire, chaque année, des foules énormes de participants dignes et silencieux. Le massacre de Tiananmen a eu lieu le 4 juin 1989, mettant fin à des mois de manifestations étudiantes en Chine. On estime que des milliers de jeunes ont été massacrés sur ordre du Parti communiste chinois, la nuit terrible où l’armée a été envoyée réprimer les manifestants de Pékin.

Les jeunes de Hong Kong ont de l’admiration pour leur semblables morts sur la place Tiananmen. Ils aiment profondément leur rendre hommage une nuit par an. C’est, pour eux, un signe de solidarité avec toutes les victimes du communisme. Ils affirment ainsi leur identité de ville libre et qui entend le rester.

Ou, du moins, qui entendait le rester. Car, cette année, tout change à Hong Kong. Xi commence à étouffer la ville sous un couvercle totalitaire. Et c’est un sujet de conflit ouvert entre Donald Trump et Xi Jinping.

Personne n’est dupe: Covid-19 n’est qu’un prétexte, et l’écrasement de la contestation est le seul but de cette interdiction. Pour la jeunesse de Hong Kong, l’enfer commence.

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici