Rodéos urbains: Castaner veut confisquer les motos… que la police n’a pas le droit de poursuivre!

photo: D.R.

Christophe Castaner, a annoncé cette semaine avoir confié à deux députés une “mission de réflexion” visant à élaborer un nouveau plan de lutte contre les “rodéos urbains”. Selon lui, l’heure est arrivée de “mettre en place un nouveau plan d’actions, plus ambitieux encore, plus global” contre cette pratique.

Les participants à ces “courses de rue” envahissent illégalement les rues, les trottoirs, les routes et les parkings des “quartiers sensibles” en effectuant des excès de vitesse et des acrobaties périlleuses, sur des motos souvent volées, non-homologuées et sans immatriculation.

Ces “rodéos” génèrent des nuisances sonores considérables, souvent pendant des heures et même la nuit, ainsi que de nombreux accidents dont les victimes sont des usagers de l’espace public ainsi occupé et, parfois, les conducteurs eux-mêmes.

Ils ont été au coeur de l’actualité pendant la période de confinement, qui n’a nullement dissuadé ceux qui s’y adonnent: bien au contraire, “les interventions pour des faits de rodéos urbains ont augmenté de 15%“, selon Christophe Castaner: 337 infractions ont été relevées au cours de cette période.

Le ministre a voulu préciser qu’il ne s’agissait “pas nécessairement d’une hausse du nombre de rodéos mais d’un changement des pratiques: les rodéos en groupes plus importants, comme une bravade supplémentaire à la loi, se sont multipliés“.

Le rodéo urbain est un délit depuis 2018. Il est passible de deux ans de prison ferme et 30.000 euros d’amende. Depuis l’adoption de cette loi,  39.051 interventions des forces de l’ordre ont été réalisées et 3.596 infractions relevées.

Castaner prétend maintenant vouloir “relever, plus encore, le défi des saisies des véhicules, en nous appuyant davantage sur le renseignement et l’enquête judiciaire. Car en confisquant les motos, les quads et les scooters des délinquants, nous les privons de leur capacité à nuire, à se mettre eux-mêmes en danger“.

Mais ces rodomontades cachent une triste vérité. Ces derniers mois, plusieurs de ces délinquants ont été victimes d’accidents causés par leur propre imprudence. On se souvient de l’affaire de Villeneuve-la-Garenne, qui avait entrainé des nuits d’émeutes en avril.

Il y a trois jours, un autre de ces motards illégaux s’est fait écraser par un train à Montigny-les-Cormeilles: nouvelles échauffourées, nouvelles accusations contre la police qui n’était aucunement impliquée.

On a appris lors de ces derniers évènements que, par crainte de mettre en danger la sécurité de ces délinquants, les policiers avaient instruction de ne jamais entamer de courses-poursuites contre eux.

C’est aussi clair que stupide: le ministre de l’intérieur veut que les policiers confisquent ces motos… sans leur donner le droit de les poursuivre.

Source: Sud Ouest

 

 

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici