L’animateur Jean-Marc Morandini devant la justice pour corruption de mineur

Jean-Marc_Morandini / Photo: Wikimedia Commons
Jean-Marc_Morandini / Photo: Wikimedia Commons

Le parquet de Paris a transmis au juge d’instruction le dossier de l’affaire Morandini en vue d’un procès pour “corruption de mineur”. L’animateur Jean-Marc Morandini est visé par des accusations de corruption de mineur qu’il conteste.

L’enquête a duré près de quatre ans. Maintenant, le ministère public demande à ce que Jean-Marc Morandini soit jugé devant le tribunal correctionnel pour “corruption de mineur” et “corruption de mineur par personne mise en contact avec la victime par un réseau de communications électroniques”.

Le parquet a aussi requis le maintien du présentateur sous contrôle judiciaire. C’est le juge d’instruction qui doit décider de la tenue éventuelle d’un procès.

L’animateur de CNews et NRJ12, aujourd’hui âgé de 54 ans, avait été mis en examen en 2016 après que deux jeunes hommes, mineurs à l’époque des faits qu’ils dénoncent, eurent saisi la justice. L’un d’eux a depuis retiré sa plainte.

Dans la première plainte, un jeune homme affirmait que l’animateur lui avait fait des propositions sexuelles dans des échanges SMS, entre février et mars 2013.

Le second plaignant, qui s’est depuis désisté, avait de son côté raconté avoir été contacté en juillet 2009 par la société de production Jean-Marc Morandini via un site de casting pour un projet de remake du film Ken Park du réalisateur américain Larry Clark, qui racontait la vie d’adolescents aux États-Unis entre ennui, sexe et violence.

Il a expliqué avoir été convié, seul, au domicile de l’animateur où ce dernier l’aurait invité à se déshabiller et à reproduire une scène de masturbation.

Dans une autre affaire, Jean-Marc Morandini avait été accusé de “harcèlement sexuel” et “travail dissimulé” par plusieurs comédiens en 2016. Un article dans Les Inrocks sur des castings dénudés organisés par l’animateur télévisé en a informé ses lecteurs.

Ces comédiens avaient accusé l’animateur et sa société Ne Zappez pas! Production d’avoir profité des castings d’une web-série érotique, Les Faucons, pour les pousser à s’exhiber nus en étant filmés ou en se filmant. Ils ont depuis porté plainte.

Saisi de cette plainte, le parquet de Paris avait classé sans suite son enquête en janvier 2017. Mais les plaignants ont obtenu en 2018 la reprise des investigations, désormais entre les mains d’un juge d’instruction parisien.

Source: AFP/ JDD/ Le Parisien

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici