L’ancien ambassadeur de France à Pékin explose les idées reçues sur la puissance chinoise

Xi Jinping/DR
Xi Jinping/DR

Jean-Maurice Ripert, ambassadeur de France à Pékin de 2017 jusqu’à l’été dernier, livre à Marianne son expertise sur les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur la politique de la République Populaire de Chine.

La réalité du pouvoir se situe bien sûr au sein du Parti communiste, et notamment au comité permanent du bureau politique. Ce qui est certain, c’est que depuis le dernier congrès du Parti, en 2017, la prise de pouvoir totale de Xi Jinping ne fait pas l’unanimité.

L’opinion publique ne compte pas en Chine, mais elle existe. Entre deux phases de censure, les Chinois s’emparent de certains sujets sur les réseaux sociaux. Pas des sujets politiques, puisqu’il est hors de question de les aborder, mais des sujets de société: la sécurité sanitaire, la sécurité alimentaire ou le réchauffement climatique.

Il est clair que cette épidémie ne va pas favoriser l’adhésion populaire à la façon dont le régime gouverne. Il existe une opposition interne au Parti, mais aussi un mécontentement populaire […] La récession actuelle en Chine (-6%) peut sérieusement perturber le pays, sur le plan social notamment comme le prouvent les nombreux conflits sociaux, qui existent, bien qu’ils soient cachés par le pouvoir.

Nous assistons à une conséquence du fonctionnement structurel de la Chine. Quand un problème survient, la première chose que fait le pouvoir chinois, c’est nier. Cela lui permet de gagner du temps pour adopter la réaction qui lui convient. À l’apparition du virus, des lanceurs d’alerte ont été arrêtés, certains ne sont jamais réapparus.

Pékin a ensuite minimisé les choses, puis assuré que l’épidémie était restreinte à Wuhan. En réalité, des mesures de confinement ont été prises dans toute la Chine. Le nombre officiel de victimes est donc, hélas, très sous-estimé.

Cette crise a mis en lumière un autre phénomène: le caractère dysfonctionnel de l’État chinois. Au niveau politique, l’État-parti fonctionne et il est tenu. Mais en-dessous, c’est l’agitation et la pagaille. Chacun fait ce qu’il veut et ce qu’il peut, sachant que les responsables locaux et les maires, surtout membres du Parti, sont terrorisés à l’idée de déplaire.

Ce n’est pas parce que la Chine est devenue une grande puissance que nous devons nous imaginer qu’elle est dotée d’un État efficace. Le résultat, c’est que si les normes sanitaires étaient très strictes sur le papier, il a en réalité été difficile de les faire appliquer.

Source: Marianne

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici