Boulanger le jour, violeur la nuit: Abdellah plaide l’incompréhension culturelle

Image d'illustration/Fotolia
Image d'illustration/Fotolia

Recherché pendant plus de six ans, le violeur a fini par être identifié après une longue enquête. En détention provisoire depuis février 2019, Abdellah O., un Marocain de 34 ans, reconnaît trois agressions sexuelles, mais conteste toute tentative de viol. Quant à sa quatrième, il prétend ne plus en avoir souvenir.

Le parquet de Paris a demandé son renvoi aux assises pour deux viols par pénétration digitale et deux tentatives de viol. La juge d’instruction en charge du dossier doit prochainement statuer dessus.

Abdellah O. âgé de 26 ans à l’époque, inconnu des services de police,  travaille dans une boulangerie, et suit des femmes porteuses de jupes tard le soir dans le XXe arrondissement, avant de se ruer sur elles, pour les violer. Ce qu’il n’a pu faire dans deux cas “n’ayant manqué son effet […] que par la résistance de la victime”.

Identifié par son téléphone abandonné sur une scène de crime, Abdellah O. est localisé à Saragosse (Espagne) en janvier 2018. Désormais marié et père de deux enfants en bas âge, il est finalement extradé vers la France un an plus tard, en février 2019. Il a été confondu par son ADN sur les collants de ses victimes.

Pour expliquer ses agressions, Abdellah O. se réfugie derrière sa “stupidité” liée selon lui à son jeune âge, sa virginité et la différence entre la vie parisienne et la culture marocaine où les femmes restent voilées, soumises aux désirs masculins.

Il explique qu’il croyait “normal” d’avoir des relations sexuelles avec des inconnues dans la rue. De là, le marocain est allé jusqu’à les forcer pour cela, soucieux de s’intégrer. Son expertise psychiatrique n’a rien révélé d’anormal.

Une incompréhension culturelle, qui a totalement détruit la vie des jeunes femmes que le prédateur a attaquées, d’après ce que l’on sait de celles qui se sont manifestées…

Source: Le Parisien

2 Commentaires

  1. Voilà où mène la “compréhension” des juges qui hésitent à condamner les étrangers qui n’ont pas intégré nos codes et continuent à utiliser les codes immoraux et barbares de leur pays d’origine

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici