Le gel hydroalcoolique donné aux hôpitaux par LVMH se retrouve vendu dans les rayons de Carrefour

Le gel hydroalcoolique donné par LVMH aux hôpitaux se retrouve dans les rayons d'un Carrefour City/Twitter
Le gel hydroalcoolique donné par LVMH aux hôpitaux se retrouve dans les rayons d'un Carrefour City/Twitter

Devant la pénurie de gel hydroalcoolique, Bernard Arnault avait fabriqué à ses frais du gel hydroalcoolique pour le donner aux hôpitaux palliant ainsi à l’incurie naturelle de l’Etat qui avait contribué à créer cette pénurie. Mais le gel gracieusement donné s’est retrouvé destiné à la vente dans un Carrefour City.

Un client choqué, a dénoncé l’arnaque avec une photo à l’appui montrant des gros flacons de gel hydroalcoolique du groupe de luxe LVMH en vente dans un Carrefour City de Toulouse. En plus, de vendre un produit gratuit, le magasin vendait 9,50€ le flacon de 500ml, alors que le tarif n’aurait pas dû dépasser 6,50€, comme fixé par décret.

“La communication de LVMH indiquait clairement que ce gel était destiné exclusivement aux hôpitaux et qu’il était hors de question de le vendre à des groupes commerciaux”, s’insurge Laurent Filoche, pharmacien et président de L’Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO).

Devant le scandale, Carrefour a plaidé l’erreur et rapidement retiré le produit du magasin mis en cause.“Le gel a été retiré ce matin du rayon. Il était destiné à nos collaborateurs et n’aurait pas dû se retrouver à la vente. Il s’agissait d’une erreur du magasin, c’est corrigé”, a expliqué Carrefour sur Twitter.

“Les gels ont été fabriqués et distribués à l’AP-HP ainsi qu’à d’autres structures de santé, certaines autorités comme la préfecture de police de Paris ainsi qu’à certaines entreprises en première ligne pour leurs collaborateurs. C’était par exemple le cas d’Air France qui assurait les vols de rapatriement mais aussi de certains acteurs de la grande distribution”, s’est ainsi justifié l’enseigne d’avoir en sa possession ce produit.

“Pourquoi leur fournir gratuitement? Carrefour a les moyens d’acheter du gel pour ses employés et pour sa clientèle. Ils ne sont pas prioritaires. Il y a encore pas mal aujourd’hui de structures de santé ou d’Ehpad qui manquent de gel hydroalcoolique”, dénonce Laurent Filoche agacé du favoritisme accordé à la grande distribution.

“Nous avons l’impression qu’il y a deux poids, deux mesures dans la situation actuelle. Nous, pharmaciens, sommes particulièrement contrôlés et nous avons l’impression que les grandes surfaces se permettent de ne pas respecter les règles ou les prix”, déplore-t-il.

Source: Epoch Times

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici