De la Somalie jusqu’au Pérou: qui sont les pirates des mers aujourd’hui?

Les pirates de mer / Photo: DR
Les pirates de mer / Photo: DR

Depuis quelque temps, la piraterie dans le golfe d’Aden et la mer de Somalie a pratiquement disparu. Si aucune attaque n’a été signalée en 2019, la piraterie continue, elle s’est simplement déplacée vers des zones moins surveillées.

Les pirates se sont déplacés principalement dans le golfe de Guinée, au large de la côte ouest de l’Afrique. Ils s’attaquent aux pétroliers, aux cargos et aux bateaux privés.

Les rapports d’attaques dans les eaux entre la Côte d’Ivoire et la République démocratique du Congo ont plus que doublé en 2018, représentant les six détournements dans le monde, 13 des 18 navires sur lesquels on a tiré, 130 des 141 otages pris dans le monde, et 78 des 83 marins enlevés pour obtenir une rançon“, selon la Chambre de commerce internationale.

D’autres routes maritimes très fréquentées et moins surveillées sont également devenus des zones d’activité da la piraterie: notamment autour de Singapour, de l’Indonésie et des Philippines, mais les pirates ont également jeté leur dévolu sur le Pérou.

Le pays, situé sur la côte ouest de l’Amérique du Sud, a connu une forte hausse en 2019, avec “une augmentation des incidents et la poursuite des vols“.

Cependant, contrairement à l’Afrique de l’Ouest et à l’Asie du Sud-Est où la cargaison vaut des millions, les attaques de pirates au Pérou visent des bateaux de pêche “artisanaux” plus petits où l’équipage est dépouillé de tous ses ordinateurs, équipements radio ainsi que de ses biens personnels.

Il y a peu ou pas d’informations concernant les raisons de la soudaine augmentation de la piraterie, l’identité de ces pirates, leurs antécédents ou les raisons pour lesquelles ils sont entrés dans la juridiction péruvienne pour attaquer les petits bateaux de pêche“, a rapporté le think thank CSIS.

En 2020, les pirates ont poursuivi leur activités dans les eaux territoriales de Pérou, mais ils ont également attaqué et arraisonné des navires au large des côtes du Brésil, de la Colombie, de l’Équateur et près de la péninsule du Yucatan au Mexique.

Avec un sérieux manque d’application des lois, les pirates trouvent particulièrement commode de piller dans les eaux péruviennes“, note le rapport du CSIS.

Source: AP/ CSIS

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici