La population de Guayaquil recherche désespérément ses proches dans les morgues de fortune

Guayaquil / Photp: DR
Guayaquil / Photp: DR

Dans la ville côtière de Guayaquil, autrefois surnommée “la Perle du Pacifique, aujourd’hui ravagée par le coronavirus les habitants cherchent leurs proches dans les hôpitaux et les morgues improvisées. Les autorités disent détenir plus de 130 corps dans des conteneurs, en attente d’être identifiés.

En mars et avril, la ville équatorienne de Guayaquil a été confrontée à une flambée brutale du virus qui a laissé des corps s’empiler dans des hôpitaux débordés tandis que des cadavres sont restés pendant des jours dans des maisons avant que les autorités ne viennent les récupérer, les morgues débordant.

Le gouvernement a mis en place un groupe de travail pour collecter les cadavres et a déployé les conteneurs pour stocker les corps en attente.

Mais le chaos a fait place à la désorganisation. Les corps ont été perdus ou mal identifiés, ce qui a conduit les familles à rechercher leurs proches dans les morgues, les hôpitaux et maintenant, dans les conteneurs d’expédition, à travers la ville.

Les experts ont jusqu’à présent identifié 64 corps grâce à la reconnaissance des empreintes digitales. Ils s’appuient également sur l’identification des familles et sur des tests génétiques plus longs. Le laboratoire de criminalistique des sciences médico-légales de l’Équateur a été mis à la contribution.

Une équipe de médecins légistes et de scientifiques intervient pour identifier les corps “et pour pouvoir donner une réponse à chaque famille qui a vécu cette situation malheureuse“.

L’Équateur a officiellement signalé plus de 37 000 cas de coronavirus et plus de 3000 décès, mais les autorités reconnaissent que ces deux chiffres sont probablement sous-estimés en raison du manque de tests.

Jorge Wated, le chef du groupe de travail chargé de comptabiliser les décès, a déclaré sur Twitter le 2 mai qu’il y avait eu plus de 8200 décès en plus de la situation normale dans la province de Guayas, où se trouve Guayaquil, au cours du seul mois d’avril.

Le président équatorien Lenin Moreno a dissous le groupe de travail début mai, alors que le nombre de morts se stabilisait.

Depuis, le procureur général du pays a ouvert une enquête sur trois hôpitaux publics de Guayaquil en raison d’allégations selon lesquelles ils n’auraient pas suivi le protocole d’identification des corps, tandis que le gouvernement a mis en place un site web où les gens peuvent rechercher les membres décédés de leur famille.

Si un patient a été enregistré par les autorités, la localisation de sa dépouille est enregistrée sur le site. Mais de nombreux Équatoriens n’ont toujours pas de réponse.

Le bureau du Médiateur a demandé à un juge local d’accorder des réparations aux familles des défunts et d’accélérer le processus d’identification. Les personnes déjà identifiées seront transférées dans les cimetières de la ville pour y être enterrées. Certains cadavres ayant été incinérés, tout identification est désormais impossible.

Source: Reuters/ La Prensa

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici