Que cache la polémique autour du traitement à l’hydroxychloroquine prônée par le professeur Raoult?

Le Professeur Didier Raoult/DR
Le Professeur Didier Raoult/DR

A entendre la très macroniste chaîne de télévision BFMTV, il ne faut surtout pas traiter le virus chinois avec le traitement prescrit par le professeur Didier Raoult de l’IHU de Marseille. La parution d’une étude qui critique son usage vient réjouir des médias qui ont fait de cette question médicale: un enjeu politique.  

Le discours médiatique dessine deux camps: d’un côté ceux qui sont pour l’utilisation de ce traitement, traité de disciples aux ordres de leur gourou Raoult, et d’un autre: le camp des sachants, des vrais savants institutionnels, les mêmes qui ont menti aux Français en leur expliquant que les masques ne servait à rien et qui s’insurgent contre ce traitement.

En traitant l’éminent épidémiologiste marseillais comme le dernier des complotistes des bas-fond de l’Internet, la Macronie, appuyée par les médias complaisants avait ouvertement déclaré la guerre à cette opportunité, en ayant préjugé de sa prétendue inefficacité.

Le professeur Raoult est en réaction devenu le porte-étendard des Français oubliés, méprisés depuis des décennies par le pouvoir politico-médiatique qui comme pour le reste des questions de société, se moquent complètement des doutes sains et des aspirations légitimes de cette écrasante majorité de la population.

Les médias le martèlent: Le traitement n’est pas bon! De la sorcellerie disent les journalistes chinois. Et pour preuve de sa malfaisance, Trump et Bolsonaro, les présidents américain et brésilien plébiscitent le traitement. Ainsi, approuver ce médicament vous associe de gré ou de force à ces parias que les médias s’acharnent à vous faire détester.

Mais la partition entre ces deux camps semblent tout de même refléter une certaine réalité. Il y a d’un côté ceux qui comme outre-Atlantique prônent la liberté et la responsabilité pour combattre la pandémie. Et de l’autre, les partisans du confinement, de l’Etat, du gouvernement, de ceux qui nous veulent toujours notre bien, au prix de notre liberté.

Source: FL24

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici