Vers la fin de la censure gauchiste sur les réseaux sociaux? Trump lance une “task force” pour la combattre

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Ça y est, le président Trump s’en prend aux pourritures gauchistes qui ont mis la main sur les réseaux sociaux. Il pourrait bientôt lancer une “task force” composée d’experts de la Maison Blanche pour enquêter sur les plaintes des internautes de droite concernant la censure sur les réseaux sociaux.

Cette équipe destinée à nettoyer les réseaux sociaux de la censure gauchiste pourrait prendre la forme d’une commission de la Maison Blanche.

La partialité de gauche dans le monde de la haute technologie est une question qui doit absolument être abordée“, a déclaré un responsable de la Maison Blanche.

Trump a souvent dénoncé Facebook, Twitter et Google pour avoir supprimé ou restreint les contenus de droite, voire banni des internautes. Son propre compte Twitter, qui compte 80 millions de followers, est un outil puissant de communication qui subi régulièrement ce genre de désagréments.

L’extrême gauche a le contrôle total de Facebook, Instagram, Twitter et Google“, a tweeté Trump la semaine dernière, alors que le ministère de la Justice prépare un procès antitrust fédéral contre le géant de la recherche en ligne.

L’administration s’efforce de remédier à cette situation illégale”, a tweeté le président Trump. La riposte pourrait être plus rapide qu’on ne le pense.

L’offensive de Trump ne concerne pas que les internautes d’Amérique, mais ceux du mond entier. FL24, pour ne pas chercher trop loin.

Il y a quelques mois, Twitter a supprmié arbitrairement notre compte. Pourquoi? Sans donner autre raison que de renvoyer vers des “standard de communauté” qui ont toujours été scrupuleusement respectés.

Tout dernièrement, Facebook a décidé tout aussi arbitrairement de réduire de 90% notre visibilité. En clair: il y a de moins en moins de chances que nos lecteurs retrouvent nos nouveaux articles dans leur fil d’actualités. Pourquoi? Parce que. C’est comme ça. Aucun recours, aucune explication.

Quant à Google, il ne ne référence pas malgré nos articles lus par des centaines de milliers de lecteurs et des dizaines des milliers de partagés.

Tant que les réseaux sociaux, prétendument neutres et ouverts, seront au mains des censeurs d’extrême gauche, la liberté d’expression ne sera pas garantie.

Source: The Wall Street Journal

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici