Municipales: flouée au premier tour, Rachida Dati contre-attaque

Photo / Gala / DR
Photo / Gala / DR

Une des raisons secrètes pour lesquelles le pouvoir macronien a organisé en toute hâte les élections municipales en pleine épidémie, quitte à contaminer d’innombrables électeurs et assesseurs, est qu’il redoutait le vote des personnes âgées à Paris, évidemment beaucoup plus favorables à Rachida Dati qu’à Anne Hidalgo.

En confinant le troisième âge, Macron permettait à Hidalgo de repasser devant Dati, à un moment où cette dernière commençait à prendre la tête de la course.

Mais Dati a parfaitement compris la manœuvre, et elle n’a pas du tout l’intention de se faire arnaquer une deuxième fois. Elle prend donc les devants, et a adressé une lettre ouverte au gouvernement, avant même la conférence de presse de Philippe et Castaner.

Elle annonce clairement la couleur: “Si je considère, comme vous, qu’il est dangereux de suspendre trop longtemps l’exercice démocratique, je considère également qu’exclure une partie de la population du vote est une atteinte grave à ce même exercice démocratique.”

Elle propose une première solution: “Il pourrait être envisagé d’installer des bureaux de vote dans toutes les ‘résidences seniors’ et même de subdiviser les bureaux de vote actuels dans des équipements municipaux de proximité.”

Et elle propose une deuxième solution: “Aujourd’hui, seul le vote par courrier assurerait aux personnes fragiles de pouvoir accomplir leur devoir citoyen sans avoir aucun contact avec une autre personne. Il est indispensable de proposer le recours au vote par courrier ou vote électronique.”

Avec le vote des personnes âgées, Rachida Dati aura alors largement les moyens de rattraper son retard de 7% sur Anne Hidalgo au premier tour (22% contre 29%).

Macron va-t-il lui faire ce cadeau? Rien n’est moins sûr. Mais s’il s’y refuse, il devra en payer le prix en se faisant détester par le troisième âge, privé ainsi du droit de vote. Une colère qui peut peser très lourd aux prochaines présidentielles.

Source: Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici