Le Maire dépense 450 milliards… sans augmenter les impôts? LOL.

Bruno Le Maire
Photo / Wikipedia

Dans un interview au Figaro, ce matin, Bruno Le Maire se lance dans un grand numéro de trapèze volant. Il annonce en effet avoir engagé 450 milliards d’euros pour résoudre la crise économique consécutive au confinement… mais il promet qu’il n’augmentera pas les impôts. Comment est-ce possible?

La réponse est simple: c’est tout bonnement impossible. Chaque euro dépensé par l’État est un euro pris au contribuable, soit via l’imposition immédiate, soit via l’endettement et le remboursement futur de cette dette, avec une imposition différée. Alors, comment Le Maire se justifie-t-il?

“Nous ne relancerons pas l’économie par des augmentations de taxes et d’impôts. Je souhaite au contraire que nous poursuivions les baisses d’impôts”, dit-il. Bruno le Magicien ne doute de rien.

Et il poursuit: “Sur la fiscalité, ne reprenons pas les idées du XXe siècle, bâtissons la fiscalité du XXIe siècle, plus juste et plus efficace: au lieu de rétablir l’ISF ou de décider une baisse généralisée de la TVA qui aurait un coût prohibitif pour les finances publiques sans aucun résultat sur l’emploi et sur la puissance de notre industrie, continuons à avancer dans des directions nouvelles.”

Le Maire tente de faire croire qu’il va inventer de nouvelles techniques permettant de dépenser sans imposer. Mais on ignore quelles techniques. On ne voit toujours pas comment il compte s’y prendre.

Il abat alors des cartes minables. “Il est urgent de trouver un accord international sur la taxation des géants du numérique, qui sortent renforcés de la crise, de mettre en place une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés pour lutter contre l’optimisation fiscale et d’instaurer une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne.”

Bref, des pis-aller, qui ne permettront en aucun cas de boucher les trous creusés allègrement par le gouvernement depuis trois mois. Le Maire rêve d’imposer la Terre entière… sauf l’honnête contribuable français. Il a fumé la moquette.

Mais Le Figaro ne se laisse pas berner si facilement, et pose alors la question qui tue, la seule qui vaille: “N’avez-vous aucun scrupule à endetter la France comme jamais, et laisser le financement de cette dette aux générations futures?” Car si Bercy veut dépenser sans imposer, il ne lui reste qu’une solution: rendre la dette publique encore plus abyssale qu’elle ne l’est déjà.

Et là, Le Maire sort son joker le plus pitoyable: “Nous refusons l’idée de la dette perpétuelle qui ne serait jamais remboursée. C’est une fiction. La seule voie raisonnable pour rembourser notre dette est la relance de l’activité, le retour de la croissance et la prospérité de tous les Français.”

Autrement dit: oui, nous creusons la dette, oui, nous devrons la rembourser, mais tout se passera bien.. car notre économie fonce droit vers la croissance et la prospérité. Affirmation hallucinante, quand on sait que c’est justement la dette, entre autres, qui empêche notre économie de retrouver équilibre et santé.

Bref, le discours de Le Maire tient en une phrase: c’est en aggravant les problèmes que je vais les résoudre. Cela a un nom: le socialisme.

Source: Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici