La pandémie “made in China”: un impressionnant massacre

Xi Jinping/DR
Xi Jinping/DR

Quand pourra-t-on enfin comptabiliser les victimes de la pandémie née à Wuhan, et accélérée par Xi Jinping et son serviteur, le sinistre Tedros de l’OMS?

Et saura-t-on un jour combien d’innocents Pékin a assassinés par incompétence, par hypocrisie et par cynisme?

“La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 328 220 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles jeudi”, annonce Le Figaro.

Sauf que ce total proposé par l’AFP prend en compte les chiffres chinois comme s’ils étaient exacts. Or, on sait maintenant qu’ils sont absolument faux, tronqués, monstrueusement sous-évalués.

Si bien que l’on est sans aucun doute plus proche des 500 000 morts que des 300 000. Mais 500 000, cela représente quoi, au juste?

Le rapport de l’Institut Watson pour les Relations Internationales de l’université Brown, à Rhode Island, USA, évoque un bilan de 480.000 à 507.000 morts dans le cadre de la guerre contre le terrorisme islamique depuis le 11 septembre 2001.

Ce bilan inclut les civils innocents, les terroristes, la police et les forces de sécurité locales, ainsi que les militaires américains et des forces alliées, dont la France.

Le coronavirus de Xi Jinping aura donc fait, en gros, autant de morts en moins de six mois que la guerre qui occupe le monde entier depuis vingt ans. Si l’on compare en prenant en compte le temps écoulé, le communisme chinois a donc fait quarante fois plus plus de cadavres que l’Occident.

Pas très étonnant pour un pays, la Chine, qui compte chaque année, plus d’exécutions capitales que tous les autres pays du monde additionnés… sans compter les prisonniers des camps de concentration exécutés en secret pour vendre leurs organes.

Quand vous voulez y voir clair dans les statistiques officielles, demandez à FL24.

Source: Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici