Crise économique post-Covid: un avocat accuse sans pitié l’État

Emmanuel Macron / Photo: Wikipédia Commons
Emmanuel Macron / Photo: Wikipédia Commons

Jean-Philippe Delsol est avocat et président de l’Institut de Recherches Économiques et Fiscales. Il lance une thèse qui fait mal: la crise économique majeure consécutive au confinement, crise qui ne fait que commencer, est la faute du gouvernement et de personne d’autre.

Et l’État doit réparer cette faute en dédommageant les entreprises qui, à cause de son incompétence sont aujourd’hui au bord du gouffre.

Le confinement à la française, centralisé, autoritaire, bureaucratique, était-il la seule solution face au coronavirus ? La réponse est : non, pas du tout. D’autres pays ont choisi d’autres stratégies pour lutter contre la pandémie, et ont de meilleurs résultats que nous.

L’État est-il coupable de la gravité de la situation française? Oui, car s’il s’était renseigné intelligemment dès le début de la pandémie, il aurait compris que non seulement le confinement pur et dur n’était pas la meilleure solution, mais qu’il était même la pire des solutions. Et notre économie aurait été sauvée.

Alors, Jean-Philippe Del Sol sort la boîte à claques, gifle l’État français, exige qu’ils soit puni, et que ses victimes économiques, les entrepreneurs, touchent des dédommagements.

“Le rôle de l’État est de garantir aux citoyens l’exercice de leurs libertés fondamentales parmi lesquelles il y a celle d’aller et venir, de travailler, de commercer. La situation sanitaire s’est imposée à tous, mais la façon de la traiter a été un choix. D’autres États n’ont pas confiné ou pas aussi strictement, sans que, à ce jour, la crise sanitaire y ait été plus grave que chez nous”, explique l’avocat dans Le Figaro.

Il précise: “La responsabilité de l’État est-elle engagée? Pour qu’elle le soit, il faut, cumulativement, un dommage, un préjudice et un lien de causalité entre les deux. Ces critères sont réunis. Le confinement a été un dommage créateur de préjudice pour les entreprises obligées de cesser leurs activités.”

Voilà un langage clair et net: s’appuyant sur la réalité, le bon sens et le sens de la justice. Encore un nouveau procès possible pour les mois à venir. Le marcionisme sera-t-il jugé? La non-assistance à peuple en danger est évidente. La mise en danger de l’économie l’est encore plus.

Source: Le Figaro

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici