Corruption et d’abus de pouvoir: l’ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-hye risque 35 ans de prison

Park Geun-hye au tribunal / Photo: DR
Park Geun-hye au tribunal / Photo: DR

L’ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-hye, destituée puis condamnée suité à un énorme scandale de corruption, détournement de fonds et d’abus de pouvoir, risque désormais 35 ans de prison.

Son élection était une victoire du féminisme: première femme présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye a été rapidement mêlée à une affaire de corruption. Suite à des révélation sur des pots-de-vin soutirés aux plus grands groupes, des manifestations monstres ont secoué le pays.

La présidente et son éminence grise Choi Soon-sil, avaient accepté des pots-de-vin de la part des grands groupes financiers et industriels du pays en échange de faveurs politiques.

Park Geun-hye a été destituée en 2017, sous la pression de la rue, puis condamnée à 32 ans de prison, en 2018, pour corruption, abus de pouvoir, violation de la loi électorale et pour avoir détourné des fonds du Service national du renseignement.

Mais 32 ans ce n’était pas assez pour le ministère publique. Lors de son procès en appel devant la Haute cour, le parquet a demandé sa condamnation à 35 ans de prison ferme et que l’amende soit portée à 24,5 millions d’euros contre 14,8 millions en première instance.

Park Geun-hye boycotte depuis plus de deux ans don procès. Elle a refusé d’assister aux procédures judiciaires et à l’audience. Le verdict de la cour est attendu pour le 10 juillet.

En plus de la corruption du pouvoir, ce scandale financier avait mis en lumière les liens entre le pouvoir politique et les conglomérats familiaux sud-coréens comme Samsung.

Les chaebol sont en Corée des ensembles d’entreprises, de domaines variés, entretenant entre elles des participations croisées. Il en existe une trentaine, chacun détenu par une grande famille dynastique.

L’exemple sud-coréen montre que le passage du palais présidentiel à la case prison n’a rien de farfelu, dans une démocratie qui se respecte.

Source: AFP/Wikipedia/Asia Times

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici