Benyamin Netanyahu appelé à comparaître dimanche pour son procès en corruption

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu/DR
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu/DR

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, avait demandé une dérogation pour ne pas avoir à comparaître à cette audience, mais le tribunal de Jérusalem, qui le jugera, a requis impérativement sa présence à l’ouverture dimanche du procès pour trois affaires de corruption et abus de confiance.

Dans sa décision, la Cour des magistrats de Jérusalem cite une clause du droit pénal israélien selon laquelle “une personne ne peut être jugée pour des allégations criminelles qu’en sa présence.”

Dans l’affaire “Bezeg”, le Premier ministre est accusé d’avoir accordé des faveurs gouvernementales qui pourraient avoir rapporté des millions de dollars au patron du groupe israrélien des télécoms en échange d’une couverture médiatique favorable d’un des médias du groupe, le site Walla.

Netanyahu, reconduit officiellement au pouvoir dimanche dernier à la faveur d’un gouvernement d’union avec son ex-rival électoral Benny Gantz, crie au complot depuis le début de l’instruction.

Serein, il avait refusé de se cacher derrière l’immunité qu’était prête à lui accorder la Knesset (le Parlement), et a préféré aller devant la justice pour mettre fin à ce qu’il dénonce comme une mascarade, et qui ressemble au même acharnement politico-judiciaire envers Donald Trump aux États-Unis, où s’est toujours révélé le vide de l’accusation.

Source: AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici