Jamal Ali Achmad jugé pour un double meurtre: “Je n’ai peur de rien, seul Allah peut me juger”

Jamal Ali Achmad / Photo: DR
Jamal Ali Achmad / Photo: DR

En octobre 2019, un demandeur d’asile, Jamal Ali Achmad, a tué sans aucune raison apparente deux personnes, en Autriche. Le procès de l’assassin débutera le 3 juin. Il n’a pas de remords et dit: “Seul Allah peut me juger.”

Lorsque Jamal Ali Achmad est interrogé sur son crime par ses codétenus de la prison de Linz, où il a été placé en détention préventive depuis près de six mois, il reste totalement inerte.

Bien sûr, ce n’est pas bien que deux personnes aient dû mourir à cause de moi“, affirme l’homme âgé de 33 ans. “Mais elles sont elles-mêmes responsables de leur mort.” Il n’a  aucune pitié pour ses deux victimes et affirme n’avoir absolument aucun remords.

Je voulais juste prendre une petite revanche“, dit-il à propos de ses actes, qui se sont produits dans l’après-midi du 14 octobre 2019 à Wullowitz, en Haute-Autriche. Le demandeur d’asile afghan avait d’abord poignardé à mort David H., un assistant dans un foyer de réfugiés de la région qui l’a empêché de travailler dans la collecte de vieux vêtements. “J’ai été traité injustement par David, alors j’ai voulu me venger de lui. Le blesser un peu, pas le tuer. Que l’on en soit arrivé là, ce n’était pas prévu“.

Dans sa fuite après le meurtre, Jamal Ali Achmad a tué une autre personne, un fermier à la retraite qui déchargeait des provisions dans le coffre de sa voiture. “Je lui ai demandé de me laisser utiliser sa voiture. Mais l’homme a refusé et a menacé d’appeler la police. C’est la seule raison pour laquelle je l’ai attaqué.” L’Afghan lui a donné cinq coup de couteau à la poitrine, puis il s’est enfui dans la voiture de sa victime.

Une jeune femme de 33 ans qui a rencontré l’assassin dans sa fuite, a affirmé que celui-ci a beaucoup parlé du lien particulier qu’il entretenait avec… Allah: “Je vois et j’entends des choses que personne d’autre ne voit et n’entend parce que je suis en contact permanent avec mon Dieu“, disait-il.

Avant de venir en Autriche, Jamal Ali Achmad a grandi dans un milieu aisé de la ville d’Herat où ses parents possèdent toujours une entreprise qui fabrique des bouteilles d’oxygène pour les hôpitaux.

À 25 ans, il a épousé une cousine, Samena, de six ans sa cadette. En 2015, pour pouvoir “mener une existence moderne et occidentale”, Jamal a payé 15 000 dollars à des passeurs une arrivée en Autriche où le couple a demandé l’asile. Par la suite, l’Afghan étant devenu violent avec sa femme, elle l’a quitté avec leurs deux filles afin d’habiter dans un foyer pour femmes battues.

Jamal Ali Achmad est accusé de deux meurtres, mais il attend son procès calmement. “Allah seul déterminera mon châtiment et mon avenir. Par conséquent, je n’ai peur de rien“.

Source: Krone

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai un Laguiole bien aiguisé, laissez moi m’occuper de lui. Plaquez le au sol et je lui couperai ses testicules et le laisserai se vider lentement de son sang pour qu’il puisse voir sa divinité venir le chercher.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici