Épidémie de chômage: ce que cachent les chiffres officiels

Bruno Le Maire
Photo / Wikipedia

Le Figaro publie aujourd’hui les chiffres de l’INSEE, organisme d’État chargé de calculer les évolutions de l’économie française, et qui a été pris mille fois en flagrant délit de trucage pour réviser à la baisse les statistiques du chômage. La dernière livraison de l’INSEE présente, elle aussi, un double-fond où semble caché un lapin maléfique.

En effet, commence par expliquer Le Figaro, le confinement a déjà coûté 453.000 emplois à la France. Une donnée catastrophique, certes. Mais ce n’est pas tout.

Car, à la toute fin de l’article, une autre donnée apparaît, qui fait encore bien plus froid dans le dos. En effet, l’INSEE annonce que le nombre de Français au chômage partiel est passé, en un mois et demi, de 3,6 millions à plus de 12 millions. Un bond spectaculaire, colossal: la masse des Français qui ne travaillent plus qu’à moitié et sont à moitié à la charge de la collectivité, donc du contribuable, a quadruplé en à peine quarante jours!

Et il y a pire encore, car Le Figaro précise que ces 12 millions de chômeurs partiels sont comptabilisés par l’INSEE comme des non-chômeurs! Ce qui laisse rêveur, ou plutôt cauchemardeur. Si ces pauvres gens étaient comptabilisés comme des chômeurs, l’aspect général de l’économie française serait tout autre: on comprendrait immédiatement que la France est en train de plonger dans un gouffre sans fond.

Qu’adviendra-t-il de ces demi-emplois dans les semaines et mois à venir? Basculeront-ils dans le chômage pur et dur? Nul ne peut garantir qu’ils redeviendront des empois pleins. Le pire est à craindre.

L’INSEE continue de faire ce qu’elle a toujours fait: présenter les verres presque vides comme des verres à moitié pleins, pour justifier les pouvoirs en place, étouffer l’indignation populaire et remettre à plus tard le grand ménage anti-bureaucratique dont le pays a tellement besoin qu’il en meurt.

Source: Le Figaro

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici