Culture: Macron devient Super Jack Lang!

Macron
Image d'illustration / Facebook

Ce matin, Macron s’adressait aux travailleurs. de la culture, intermittents, artistes, clowns, mimes et autres assistés professionnels du divertissement national, qui couinent depuis des jours pour que l’Élysée les sauve du confinement. On s’attendait au pire et l’on n’est pas déçu: Macron a sauté sur l’occasion pour lancer le programme culturel le plus gauchiste de toute l’histoire de France. Une monstruosité digne de Staline en personne.

Son plan tient en deux phrases, et il va détruire le peu qui restait de la culture française.

Accrochez vos ceintures, le camarade Macron s’exprime: “Je veux qu’on lance un grand programme de commandes publiques. Qu’on mette le paquet, que ce soit pour les métiers d’art, les spectacles vivants, la littérature, les arts plastiques. Je pense en particulier aux créateurs de moins de 30 ans.”

Et en français, ça donne quoi? Une culture entièrement nationalisée, bureaucratisée, cadrée, quadrillée, au pas, soumise, rampant devant le pouvoir qui va devenir son premier client. Vous êtes écrivain? Écrivez pour Macron! Vous êtes sculpteur? Écrivez pour Macron! Vous êtes cracheur de feu? Crachez pour Macron! Soyez sans crainte, inutile d’avoir du talent, l’amour du public ne sert à rien: c’est le contribuable qui paye!

Ce grand programme de commandes publiques n’a qu’un but: faire se coucher les trublions cultureux à l’approche de la campagne présidentielle. Transformer tous les poètes nuls, les peintres daltoniens et les jongleurs amateurs en ambassadeurs de la Macronie. Et ça fait du monde, dans le pays où la culture est la plus subventionnée au monde après celle de la Corée du Nord.

Et ne rêvez pas: ce projet national, d’une crétinerie qui remixe le pétainisme et le maoïsme, va avoir des effets pervers, coûteux, et même ruineux. Les œuvres inutiles et aberrantes, déjà innombrables en France, vont se multiplier comme des petits pains empoisonnés. Toujours plus de pièces de théâtre inintéressantes, de musiques inécoutables, de paresseux glorifiés, de parasites chouchoutés et de racailles adulées. Toujours moins d’artistes libres, d’œuvres indépendantes, de réelle beauté.

Les individus les plus douteux et les moins talentueux vont se déclarer artistes et se bousculer aux guichets pour obtenir un peu d’argent magique macronien. Notre culture était déjà une cour des miracles emplie de pickpockets déguisés en culs-de-jatte. Elle va de plus en plus ressembler à une organisation mafieuse pour ados attardés.

Et, toujours et encore, c’est vous qui allez rémunérer tous ces arlequins de la misère intellectuelle, via des impôts et des taxes qui ne manqueront pas d’augmenter. On ne vous demandera jamais votre avis. On vous répondra: “Vous n’avez qu’à aller voir des spectacles débiles! C’est gratuit! Remerciez l’État, votre dieu, et Macron, son prophète!”

En somme, Macron réalise le vieux rêve de l’extrême gauche la plus enragée: la culture devient une industrie d’État, à ranger sur la même glorieuse étagère que la Sécu trouée, la SNCF en grève et les ronds-points incompréhensibles. Il redouble les efforts de destruction de l’âme nationale par Jack Lang, le Hercule du portenaouak.

Très bientôt, la France sera encore moins cultivée que le Turkménistan. Et il existe encore des gens pour dire que Macron est de droite? Ils ont fumé quoi, comme moquette?

Source: Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici