Au Mali, un jeune légionnaire français de 21 ans tué au combat contre les djihadistes

Un légionnaire de l’armée française est mort lundi au Mali lors d’un affrontement contre des djihadistes, ont annoncé l’Elysée, le ministère des Armées et l’état-major militaire français. Sa mort survient quatre jours seulement après le décès de ses blessures d’un autre soldat de la Légion. 

Lundi 4 mai 2020, lors d’une opération visant un groupe islamiste dans le Liptako malien, le 1re classe Kévin Clément du 1er régiment étranger de cavalerie (1er REC), est “mort pour la France dans l’accomplissement de sa mission au sein de l’opération Barkhane“, précise le communiqué de l’armée de Terre.

Kévin Clément a été pris à partie lors de l’engagement de son unité dans une action de combat contre les groupes armés terroristes dans la zone du Sahel où les islamistes sont très présents.

Grièvement blessé par balle à la tête, il a été pris en charge par l’équipe médicale et évacué vers Gao, où il décède des suites de ses blessures“, précise l’armée de Terre qui “adresse à sa famille, à ses proches et ses frères d’armes ses plus sincères condoléances“.

Kévin Clément, toujours volontaire, a été déployé en opération extérieure au Mali au sein de la force Barkhane en février 2020, en tant que combattant embarqué au 1er escadron.

Il s’agit de la deuxième victime dans les rangs de l’armée française engagée au Mali en à peine quatre jours. La Légion étrangère “déjà profondément affecté par la mort au combat d’un brigadier” Dymytro Martynyouk, également du 1 REC, “annonce le décès du légionnaire Kévin Clément, mort pour la France dans une action de combat au Mali. La Légion étrangère est aux côtés de sa famille et de ses camarades.

Source: Armée de Terre/Twitter

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici