Warren Buffet, cinquième fortune mondiale, perd 50 milliards dans la crise

Warren Buffet / Photo: DR
Warren Buffet / Photo: DR

Snif, snif. L’un des hommes les plus riches du monde a perdu des milliards de dollars à cause de la pandémie de coronavirus.

L’entreprise d’investissement Berkshire Hathaway de Warren Buffett a affiché une perte nette trimestrielle de 50 milliards de dollars samedi et a indiqué qu’un certain nombre de ses 90 entreprises en activité ont été gravement touchées.

Warren Buffett, âgé de 89 ans, surnommé l’Oracle d’Omaha en raison de son talent pour les investissements, est le cinquième milliardaire le plus riche du monde. Sa fortune personnelle pèse environ 72 milliards de dollars.

Rappelons quand même les quatre premiers, ça fait toujours plaisir: Jeff Bezos avec ses 138 milliards de dollars, Bill Gates, riche de 104 milliards de dollars, Bernard Arnault — cocorico! — avec 94 milliards de dollars, et Mark Zuckerberg avec seulement 75 milliards de dollars.

Deux des plus grandes entreprises de Buffet ont pris un coup particulièrement dur pendant cette crise. BNSF Railway, le plus grand réseau ferroviaire de fret d’Amérique du Nord, a vu les volumes d’expédition de marchandises et de charbon s’effondrer, tandis que le géant de l’assurance, Geico, a mis de l’argent de côté pour des primes automobiles qu’il ne percevra probablement pas.

La pandémie a également obligé Buffett à annuler le “Woodstock pour les Capitalistes”, un événement qui attire des dizaines de milliers de personnes à Omaha.

Warren Buffet a déclaré avoir acheté pour 1,8 milliard de dollars d’actions au premier trimestre, mais en avoir vendu pour 6,1 milliards de dollars en avril. L’entreprise d’investissement a racheté 1,7 milliard de dollars de ses propres actions au premier trimestre, mais c’est moins que le trimestre précédent. Il s’est aussi débarrassé de toutes ses participations dans les compagnies aériennes.

Paradoxalement, Buffet a affirmé que la crise de la pandémie, avec ses faillites, constitue une opportunité pour racheter des entreprises en mauvaise posture. “Buffett a encouragé les investisseurs à profiter des liquidations, mais s’il ne voit pas d’opportunités, même dans ses propres actions, que devons-nous penser?“, ironisent les analystes.

Source: Forbes/Reuters

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici