Le harcèlement de rue explose pendant le confinement: “autant peur le jour que la nuit”

Image d'illustration / Photo: Pixabay
Image d'illustration / Photo: Pixabay

C’est l’un des nombreux paradoxes révélés par cette crise inédite: alors qu’on pourrait s’attendre à une baisse du harcèlement sexuel dans les rues désertes et les transports publics très peu fréquentés, il semble bien que ce soit l’inverse.

Depuis le début cette période de confinement, de nombreuses femmes témoignent en effet du harcèlement et des agressions sexuelles subies dans l’espace public, où elles ont désormais “autant peur le jour que la nuit“.

20 Minutes rapporte le cas de Fatima Benomar qui “s’est fait suivre par une bande de jeunes“, en pleine journée rue de Rivoli, dans un quartier de Paris habituellement bondé de monde du matin au soir.

Ils se sont collés à moi car je ne répondais pas à leurs avances, m’ont insultée, menacée et m’ont suivie en criantde toute façon, ça se voit que t’es une salope”“, témoigne la victime.

La militante féministe de 36 ans confie avoir vraiment eu peur: “Je ne pouvais me réfugier nulle part, tous les magasins étaient fermés et je ne pouvais demander de l’aide à personne“.

Le journal gratuit demande son avis à Chris Blache, “consultante en socio-ethnographie, spécialiste des questions de genre et de territoires”. L’analyse ne peut qu’être marquée par l’optique idéologique biaisée, celle de l’opression de toute femme par n’importe quel homme, sans aucun rapport avec la réalité française, des origines des agresseurs, etc.

Pour l’anthropologue féministe, cette période de confinement offre “un précipité de ce qu’on connaît d’habitude en matière de domination des hommes dans l’espace public“.

Quand on vide l’espace public, des principes mécaniques reviennent: les propriétaires de ces espaces expérimentent leur droit à la propriété“, précise-t-elle, évoquant une “impunité/immunité” face au coronavirus chez des hommes pour lesquels “il est plus facile de jouer au chat et à la souris” dans ces espaces désertés.

La police est sans doute trop occupée à contrôler les attestations et à coller des amendes pour surveiller efficacement les bandes de racailles qui harcèlent les femmes en toute impunité…

Source: 20 Minutes

1 COMMENTAIRE

  1. En effet , la maréchaussée est plus occupée à verbaliser les honnêtes citoyen : c’est plus facile et ça rapporte plus !….

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici