C’est officiel! Dès le début de l’épidémie la Chine a menti, caché des preuves et saboté le vaccin

Image d'illustration / Photo: Pixabay
Image d'illustration / Photo: Pixabay

Un dossier accablant a été rendu public par l’alliance de renseignements des pays anglo-saxons, qui affirme que la Chine avait menti au monde entier sur la transmission interhumaine du virus, a fait disparaître des lanceurs d’alerte et a refusé de remettre des échantillons du virus pour que l’Occident puisse fabriquer un vaccin.

Le document de 15 pages indique également que le virus a pour origine l’Institut de virologie de Wuhan, alors que les autorités chinoises ont insisté sur le fait que le virus provenait des marchés alimentaires locaux.

Cette affirmation, longtemps rejetée comme une théorie de conspirationniste et ridiculisée dans les médias, est désormais accréditée par les services de renseignement de pays anglo-saxons.

Five Eyes (littéralement “Cinq yeux”) est une alliance des services de renseignement de l’Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni et des États-Unis, tout ce qu’il y a de plus sérieux.

Le rapport qualifie la manipulation suspecte d’épidémie par la Chine d'”attaque contre la transparence internationale“.

Le document décrit en détail comment la Chine a minimisé l’épidémie dans le monde tout en s’efforçant d’enterrer toutes les traces de la maladie chez elle, notamment en javellisant les étals des marchés, en censurant les preuves toujours plus nombreuses de l’existence de porteurs asymptomatiques et en faisant obstruction aux demandes d’échantillons provenant d’autres pays.

Selon le rapport, Pékin a commencé à censurer les moteurs de recherche dès le mois de décembre pour empêcher la navigation sur Internet liée au virus. L’Organisation mondiale de la Santé a soutenu les affirmations de la Chine et a également nié la transmission inter-humaine du virus malgré les inquiétudes des pays voisins.

L’enquête a prouvé que la Chine avait “des preuves de transmission inter-humaine dès le début du mois de décembre“, mais a continué à nier cette voie de propagation jusqu’au 20 janvier.

Le document souligne que la Chine a imposé des interdictions de voyage aux personnes voyageant à travers le pays, mais continue de dire au reste du monde que les interdictions de voyage sont inutiles.

L’hypothèse longtemps estampillée en tant que fake news par les vérificateurs des faits autoproclamés (“fact checkers”) devient ainsi un fait avéré.

Source: Australian Daily Telegraph

3 Commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici