Privé de manifs par le confinement, Greta Thunberg tente d’exister médiatiquement

Greta Thunberg / Photo: Flickr
Greta Thunberg / Photo: Flickr

Le confinement a des conséquences inattendues. L’interdiction de sortir de chez soi a fait disparaître toute contestation politique dans la rue, mais, par ricochet, il a aussi coupé court par exemple aux activités de Greta Thunberg, empêchée de parcourir le monde en yacht de luxe et a organiser des manifestations avec des jeunes embrigadés.

Greta Thunberg a essayé d’attirer l’attention sur elle, en se prétendant, fin mars, porteuse du coronavirus, “probablement” et sans se faire tester, après avoir ressenti plusieurs symptômes à l’issue d’un voyage en Europe centrale. Mais cette tentative de faire pleurer sur son sort n’a pas vraiment réussi et il fallait trouver autre chose pour occuper l’espace médiatique.

Au chômage technique, la militante écologiste suédoise a décidé de s’offrir un coup de pub en attendant la reprise d’activités. Pour entretenir sa présence médiatique, Greta Thunberg décidé de se servir de l’Unicef et de sa mission de protéger les enfants contre la pandémie de Covid-19, en lui offrant 100 000 dollars.

La pandémie de coronavirus représente une crise pour les droits des enfants, exactement comme la crise du climat“, affirme le communiqué écrit au nom de Greta Thunberg par celui qui gère sa communication. “Cette pandémie affectera tous les enfants, aujourd’hui et sur le long terme, car les groupes personnes vulnérables seront les plus touchés“.

Tous les spécialistes s’accordent à dire que les enfants ne font pas partie du groupe à risque tandis que les cas de jeunes qui ont contracté le coronavirus sont quasi inexistants à l’échelle mondiale. Mais ne demandons par de la cohérence chez les gens qui écrivent les discours d’une écolo de 17 ans.

Les 100 000 dollars remis à l’Unicef ne proviennent pas, bien évidement, de son argent de poche de la “guerrière climatique”, ni de son patrimoine personnel. Il s’agit d’un prix qui lui a été récemment attribué par l’ONG danoise Human Act, une de ces associations pseud-humanitaires qui pullulent dans l’orbite onusienne.

Selon le communique, ce don doit permettre d’aider l’Unicef dans les domaines alimentaire et sanitaire, mais aussi pour lutter “contre la violence et le recul de l’éducation” chez les enfants victimes des mesures de confinement et de fermeture des écoles. Si cela peut permettre aux gens de prendre conscience des effets néfastes du confinement, c’est déjà ça.

Source: AFP/Le Figaro

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici