À l’instar du reste de l’Île-de-France, dans les Yvelines, les cités sensibles s’embrasent partout

Image d'illustration / Photo: Fotolia
Image d'illustration / Photo: Fotolia

Dans la nuit de lundi à mardi dernier de multiples affrontements ont eu lieu dans plusieurs communes des Yvelines entre forces de l’ordre et “jeunes” des quartiers sensibles. Les communes de Mantes-la-jolie, Les Mureaux, Sartrouville, La Verrière ou encore Chanteloup-les-Vignes ont été le théâtre d’agressions en bandes visant la police. Seules trois racailles ont été interpellées.

Lundi soir vers 20h, une unité de la BAC qui patrouillait aux abords de la cité sensible de  La Noé à Chanteloup-les-Vignes a été prise à partie par une vingtaine d’individus.

Tirs de mortiers d’artifice et projectiles en tous genres ont alors plu sur les fonctionnaires et leur voiture qui a été notablement dégradée avec deux vitres explosées.

Pour repousser leurs assaillants, les policiers ont dû faire usage de LBD et de grenades non létales. Les policiers se sont repliés après avoir interpellé un individu.

Trente minutes plus tard, c’est dans le quartier sensible du Bois-de-l’Étang à La Verrière qu’une patrouille en véhicule sérigraphié a été attaquée par un groupe de racailles.

Les policiers ont été la cible d’une pluie de divers projectiles lancés par les assaillants dont aucun n’a pu être interpellé. Par chance, aucun fonctionnaire n’a été blessé.

Vers 22h, une autre patrouille qui circulait dans le quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie a elle aussi été la cible de nombreux jets de divers projectiles par des groupes hostiles.

À Sartrouville, c’est une véritable embuscade dans laquelle sont tombées les forces de l’ordre plus tard dans la nuit. Des individus ont dressé un barrage et attaqué un bus au mortier d’artifice.

Dés que les forces de l’ordre sont intervenues, elles ont été la cible de jets de nombreux projectiles et de multiples tirs de fusées.

Après une heure d’affrontement, un calme précaire est revenu. Les policiers ont quitté les lieux après avoir réussi à interpeller deux des assaillants.

Enfin vers 3h, des effectifs qui intervenaient pour un différend familial au cœur de la cité ultra-sensible des Musiciens, sur la commune des Mureaux, ont été pris à partie par une dizaine de racailles et ont dû se replier.

Il semblerait que partout où prolifèrent les communautés étrangères sur notre territoire, la paix civile soit désormais gravement menacée et on ne peut être qu’interloqué par l’absence totale de réaction de la puissance publique. La peur d’une guerre civile?

Source: 78 Actu

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici