SCANDALE! Laboratoire de Wuhan: l’incroyable culpabilité des politiciens français

Bernard Cazeneuve. Jean-Pierre Raffarin / Photo: Wikimedia Commons
Bernard Cazeneuve. Jean-Pierre Raffarin / Photo: Wikimedia Commons

Plus les jours passent, plus l’étau des enquêtes sur le laboratoire de Wuhan: il est extrêmement probable que le coronavirus y est né, et qu’il s’en est échappé. Ce qui aggrave encore la responsabilité de Xi Jinping et du totalitarisme chinois, déjà coupables d’avoir dissimulé recommencement de l’épidémie au monde entier, provoquant ainsi une pandémie qui, des mois plus tard, n’a pas fini de tuer des innocents. Mais, quand on est français, il y a encore pire: découvrir que tout cela ne serait pas arrivé sans l’incompétence, le cynisme et la soumission de nos politiciens, de droite comme de gauche.

Le Figaro décrit un scénario-catastrophe qui fait honte à notre pays. Une honte ineffaçable, tant elle a fait et continue à faire de victimes sur les cinq continents.

Au commencement, quand France et Chine s’allient pour créer un nouveau laboratoire à Wuhan, “le projet est loin de faire l’unanimité en France. Raffarin et Chirac sont pour. Une partie du corps médical, dont Bernard Kouchner, aussi. L’industriel pharmaceutique Alain Mérieux également, qui préside le comité de pilotage avec son homologue chinois le Dr Chen Zhu.”

“Mais les spécialistes de la non-prolifération, aux Affaires étrangères et à la Défense, de même que le SGDSN, le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale et les milieux de la recherche, sont réticents. Les uns redoutent que le P4 puisse se transformer en arsenal biologique. Les autres font valoir que contrairement aux sites nucléaires ou chimiques, il n’existe pas de contrôle international pour ce type de matériel sanitaire sensible.”

Les “contre” ont des arguments très sérieux. “Ils notent le manque de transparence sur l’utilisation qui a été faite par la Chine des laboratoires mobiles P3, dont les règles d’exportation sont moins sévères, livrés par le gouvernement Raffarin juste après l’épidémie de Sras.”

“Ceux qui traînent des pieds s’inquiètent, comme le rappelle l’un des acteurs de l’époque, de la difficulté d’apprentissage des Chinois, de leur opacité et des résistances qu’ils opposent au projet de coopération bilatérale voulu par les Français. “Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’un P4, c’est comme une usine de retraitement nucléaire. C’est une bombe atomique bactériologique”, poursuit la même source.”

Et les politiciens ont tranché. Ils ont commis une immense faute. Un crime. “Les hommes politiques ont arbitré en faveur du projet, contre l’avis des spécialistes. Le chantier a été terminé en janvier 2015 et la mise en exploitation du laboratoire a coïncidé, en janvier 2018, avec la première visite d’État d’Emmanuel Macron à Pékin.”

Bien entendu, les effets de ce crime n’ont pas tardé à se faire sentir. “La suite de l’histoire du P4 de Wuhan a montré que ceux qui traînaient des pieds avaient raison. Les entreprises chinoises ont tenu, d’abord, à assurer l’essentiel de la construction du P4. Or, comme l’explique un spécialiste, “l’architecture d’un P4 est très complexe, l’agencement de ses espaces confinés requiert des techniques et des connaissances particulières”.

“En 2015, déçu que la coopération franco-chinoise ne se concrétise pas, Alain Mérieux quitte la présidence de la commission bilatérale. Les 50 chercheurs français qui devaient travailler au P4 de Wuhan pendant 5 ans ne sont jamais partis.”

La France perd tout contrôle, mais elle continue à financer, à hauteur d’un million d’Euros par an. “Le fait est que peu à peu, le laboratoire échappe au contrôle des scientifiques français. Contrairement au contrat qui avait été passé entre Paris et Pékin, les Chinois de Wuhan travaillent désormais sans le regard critique et vigilant des chercheurs français. C’est un scoop du Washington Post : la semaine dernière, le quotidien américain a révélé qu’en janvier 2018, des membres de l’ambassade américaine à Pékin, après avoir visité le laboratoire de Wuhan, ont alerté l’Administration américaine sur l’insuffisance des mesures de sécurité.”

Et là, cerise sur le gâteau: comme à Tchernobyl, le communisme fait preuve d’une incompétence totale  La tragédie approche. “Le 16 février dernier, des médias d’État chinois ont eux aussi rapporté des défaillances. Ils affirmaient notamment que des chercheurs jetaient les matériaux de laboratoire dans les égouts, après expérimentation et sans leur avoir fait subir le traitement spécifique destiné aux rejets biologiques. Ils rappelaient aussi qu’un certain nombre de chercheurs, pour arrondir leurs fins de mois, vendaient des animaux de laboratoire ayant subi des expérimentations sur les marchés de Wuhan. Or, tous les spécialistes le disent: connaître l’origine du virus est indispensable, notamment pour prévenir l’avènement d’une nouvelle épidémie.”

Ainsi donc, dès le 3 mars, FL24 vous mettait sur la piste. Avoir un bon mois d’avance sur le reste de la presse concernant les affaires chinoises, ça devient chez nous une habitude. Plus lucides, et avant tout le monde, nos lecteurs ne s’en plaignent pas.

Source: Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici