Confidentiel: pourquoi Macron a engagé le très, très, très pro-chinois Raffarin

Photo/Internet
Photo/Internet

L’information figure en toutes lettres sur le site du Quai d’Orsay: “Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, a décidé de confier une mission de soutien aux entreprises françaises en Chine à Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre.” C’était le 15 janvier 2018, et Raffarin occupe toujours ce poste aujourd’hui.

Au même moment, sur le site de l’Assemblée Nationale, son nouveau titre officiel était annoncé ainsi: “Représentant spécial du gouvernement pour la Chine.” Une nomination qui s’est bien évidemment faite avec l’accord de Macron, tant elle est stratégiquement importante.

Car la dernière chose à penser au sujet de Raffarin est qu’il serait “un gros débile qui se gave sur notre dos et voyage gratuitement”. Il est beaucoup plus essentiel que cela. Pour Macron, mais aussi et surtout pour Xi Jinping. Regardons-y de près. Accrochez-vous, c’est du lourd.

Ancien Premier ministre de Chirac, Raffarin est impliqué jusqu’au cou dans la diplomatie du totalitarisme chinois. Il siège au Conseil des Conseillers du Forum économique chinois de Boao. Il est membre du conseil d’administration de la China-Europe International Business School. Il travaille régulièrement pour la télévision nationale chinoise. Il est co-président de la Fédération Sino-Internationale des Entrepreneurs. Il collabore avec le Front Uni du Parti communiste Chinois. Il participe au Dialogue de Pékin, organisation dirigée par le Parti Communiste Chinois. Et, cerise sur le gâteau, Xi Jinping lui a remis, en personne, la Médaille de l’Amitié (voir photo).

Bref: Raffarin est un bureaucrate chinois autant qu’un bureaucrate français. Il est très utile à Xi Jinping, dans des proportions qu’un jour, peut-être, une commission d’enquête française sur son cas mettra enfin au clair. Il fait la propagande de Pékin en France, et il sert d’agent de liaison entre l’effrayant Parti Communiste Chinois et l’Élysée.

On comprend alors pourquoi Macron l’a engagé à ce poste de “représentant spécial”: pour avoir un accès direct à Xi Jinping, préparer les négociations et éviter les incidents diplomatiques. Mais est-ce l’intérêt de la France? Certainement pas. À ce poste, bien entendu, il faut un homme qui comprend parfaitement la Chine. Mais Raffarin ne comprend pas la Chine communiste: il ne lui trouve que des qualités et des vertus, il est incapable de voir à quel point elle est dangereuse, perverse et toxique. Ses déclarations sur le coronavirus montrent à quel point Raffarin s’aveugle, sans doute volontairement, pour dresser de Xi Jinping le portrait d’un politicien idéal, grand réformateur désireux de réformer la planète.

L’intérêt de la France est de nommer un connaisseur, pas un fanatique qui a un orgasme à chaque nouvelle déclaration de Xi. En engageant Raffarin, Macron a commis une faute grave. Il a tendu au Parti communiste Chinois une corde pour pendre notre indépendance économique et diplomatique. Et le Parti communiste Chinois s’est emparé de cette corde avec joie: il nous tient maintenant en laisse, grâce à l’hystérie sinolâtre de Raffarin.

Jamais, sans doute, depuis Vichy et l’Occupation allemande, la France ne s’est dotée d’un agent de liaison aussi docilement soumis aux caprices d’une superpuissance étrangère. Difficile de ne pas penser à Charles Hernu, nommé ministre de La Défense par François Mitterrand, et qui s’avéra par la suite être une taupe soviétique.

Si l’on compare, et il est indispensable de le faire, la Chine de Xi Jinping au Troisième Reich d’Hitler ou à l’URSS de Staline, on comprend mieux la gravité de la nomination de Raffarin par Macron. Mais le vent commence à tourner. La vérité sur Wuhan commence à éclater. Les mensonges du “représentant spécial” français vont se voir comme le nez au milieu de la figure. Un nez rouge comme le sang versé par le communisme chinois. Macron aura-t-il, alors, le courage de renvoyer Raffarin à son cher Poitou, quitte à vexer Xi Jinping? Rien n’est moins sûr, mais on a le droit de croiser les doigts. La liberté française est en jeu.

Sources: ministère des Affaire étrangères, Assemblée nationale, Wikipédia

Et si vous avez raté le scoop d’hier matin…

Pandémie mondiale: et si le vrai coupable français était… Raffarin?

 

 

 

 

5 Commentaires

  1. […] En plus d’être professeur à Stanford, Li est conseiller en Intelligence Artificielle à l’université chinoise de Tsinghua, laquelle a des liens avec l’armée chinoise. Le numéro 2 de cette région, You Zheng, a déclaré qu’un des principaux objectifs de la recherche sur l’IA menée dans cette université consiste à soutenir les besoins de la défense nationale dans le cadre d’une “politique d’intégration militaro-civile”. Li serait également liée aux associations d’étudiants qui travaillent sous l’égide du Département du Travail du Front uni, une entité connue pour faire pression sur les Chinois vivant à l’étranger, afin qu’ils se soumettent aux intérêts du Parti communiste. Front Uni auquel appartient également… Jean-Pierre Raffarin. […]

  2. […] Donc, en brandissant les penseurs collectivistes, Darmanin trahit deux fois son camp: il poignarde la droite et il poignarde les catholiques. Un vrai petit agent double. Si l’on apprend un jour qu’il travaillait secrètement pour une puissance étrangère, on se sera même pas surpris. Mais quelle puissance étrangère voudrait de Darmanin comme espion infiltré au sommet de l’État français? La Chine de Xi Jinping? Le poste est déjà occupé par Raffarin. […]

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici