Barbarie! Les immigrés clandestins sur les îles grecques coupent massivement les oliviers

Les oliviers ravagés par les immigrés Photo: Twitter
Les oliviers ravagés par les immigrés Photo: Twitter

Coupés, sciés, brûlés. Ces derniers jours, 5000 oliviers ont été victimes de la rage des immigrés clandestins vivant dans le camp de Moria, sur l’île grecque de Lesbon. Ces destructions massives sont une forme d’agression de la population immigrée contre les habitants autochtones des îles grecques.

Il est difficile pour les étrangers d’imaginer ce que les habitants des îles grecques, autrefois paisibles, doivent endurer dans leur quotidien, inondés de dizaines de milliers d’immigrés clandestins, violents .

Après que de nombreux immigrés ont refusé les réglementations relatives à la pandémie, ils ont détruit 5000 oliviers, dont certains très anciens, sur l’île de Lesbos. En Grèce, couper un olivier est considéré comme une atteinte à l’identité nationale. C’est également une catastrophe économique pour les familles: il ne faut pas moins de 80 ans pour qu’un olivier commence à donner des fruits.

La culture de l’olivier remonte au moins à l’âge du bronze. Les oliviers sont fréquemment mentionnés dans la Bible. Il est impossible d’imaginer la culture occidentale sans eux. La destruction des oliviers par les immigrants illégaux est une attaque contre l’héritage et l’identité grecques.

Cet arbre fait partie intégrante de l’histoire, de la culture, du patrimoine et de l’identité de la Grèce qui produit et exporte l’huile d’olive depuis au moins 4000 ans. Le rameau d’olivier a été utilisé comme couronne lors des Jeux olympiques de l’Antiquité et même comme une couronne de mariage dans les mariages grecs d’aujourd’hui. Les Grecs de l’Antiquité voyaient l’olivier comme un cadeau de la déesse Athéna.

Les détruire sans raison est compris comme une attaque contre le peuple grec et son mode de vie. Il y a un mois déjà, les médias rapportaient que les prétendus réfugiés coupaient impitoyablement des oliviers pour le bois de chauffage.

La population locale, désormais en minorité par rapport aux immigrés, se sent particulièrement abandonnée.

Outre la destruction insensée des arbres, les immigrés se sont également attaqués aux bâtiments. Il y a un mois, ils ont saccagé une église grecque orthodoxe.

 

Source: Greek City Times

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici