Complètement taré! Le numéro 3 de LR fait l’apologie du communisme dans les colonnes de Libération

Aurélien Pradié, numéro 3 Les Républicains/Wikimedia commons
Aurélien Pradié, numéro 3 Les Républicains/Wikimedia commons

Nommé en octobre secrétaire général par le nouveau président du parti Les Républicains Christian Jacob, à 34 ans, Aurélien Pradié se fait le chantre d’une “droite sociale”, ou plus exactement socialiste, ce qui va achever l’agonie de ce parti. 

Preuve de la subversion marxiste de la quasi-totalité de la vie politique française, difficile de dire lequel de ce député du Lot ou de Libération se situe le plus à gauche lors de l’entretien que le numéro 3 de LR a accordé à l’indécrottable journal subventionné.

Alors que le pays n’a jamais été aussi étatisé de toute son histoire, le représentant de “droite” accuse le libéralisme des maux du socialisme. Un délire orwellien digne des pages les plus folles de 1984, suivi d’une apologie effrayante du communisme.

“On n’évitera pas d’interroger le libéralisme, c’est une évidence. Je le fais depuis un moment, quitte à passer pour un communiste”, ose s’enorgueillir le député.

“Enfin, il y a le libre-échange non régulé.” Whoua! Personne ne sait ce qu’il prend mais c’est de la bonne! Les régulations c’est tout, sauf ce qui manque en France. Les échanges ne sont pas libres, ils sont régulés par les États, c’est un fait.

“En réinventant l’État, on fixera les secteurs stratégiques de la Nation: l’alimentation, la santé, la sécurité, la défense”, lâche ce dingue, mais il ne réinvente rien, il recycle: c’est le communisme.

“Je crois à la planification: c’est un point d’accord avec la pensée communiste, qui l’a d’ailleurs appliquée avec les gaullistes, tente de réhabiliter le député. LR singe maintenant Mélenchon.

“Si demain nous les fermions (les frontières), nous ne pourrions plus nous alimenter.” Mais quelle contre-vérité absolue! La terre de France est riche et notre pays est largement auto-suffisant, il exporte même partout à travers le monde.

“Mais le cœur du libre-échange, c’est la liberté du prix. Et sur les questions alimentaires, on doit pouvoir mettre en question cette liberté du prix.” Complètement dingue, l’irresponsable prône le contrôle des prix alors que sa nuisance n’est plus à prouver!

Source: Libération, FL24

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici