Reportage-choc chez les racailles qui refusent le confinement

Image d'illustration/Youtube
Image d'illustration/Youtube

Le XXème arrondissement en général, et le quartier de La Chapelle en particulier, est une zone de non-droit. Trafiquants, dealers, migrants, gangs, s’y côtoient dans un désordre qui rend fous les riverains. Beaucoup de ces dangereux insolents refusent les contraintes du confinement, et parfois violemment. Pour les forces de l’ordre, c’est un calvaire.

Le Point a enquêté. Un reportage qui en dit très long sur les mensonges de la Mairie de Paris et de la Préfecture.

“Dans le 18e arrondissement, au nord de Paris, les rues sont bien moins fréquentées qu’en temps de bonnes conditions sanitaires. Mais, au regard des restrictions, la densité de population est toujours importante. Au pied du métro La Chapelle, des gendarmes, postés là, filtrent les entrées et sorties étonnamment incessantes pour cette période exceptionnelle de restrictions. Au nez et à la barbe des forces de l’ordre, pourtant très présentes, mais surtout très occupées à contrôler les attestations nécessaires à la circulation, les trafiquants, habitués à travailler dans le quartier, continuent impunément leur business sur l’espace public. Haschisch, cigarettes de contrebande, médicaments, autres psychotropes, téléphones fraîchement volés, etc., l’offre est très riche, mais les clients sont bien moins nombreux qu’à l’accoutumée.”

“Spectateur de ce ballet incessant, Mourad ne peut contenir sa colère. Le charismatique directeur de la supérette Carrefour City située à deux pas du métro est sur le pont tous les jours de la semaine et jusqu’à 23 heures. Il connaît bien le quartier. Depuis l’annonce par les autorités du confinement de la population, il tente lui-même de disperser les attroupements devant son magasin et assiste, dépité, à ce jeu du chat et de la souris entre les représentants des forces de l’ordre et les récalcitrants. “Je tire mon chapeau à tous les policiers qui travaillent dans ce quartier. C’est une mission impossible d’imposer des règles à ces mecs. Et ne m’accusez pas de racisme! Je suis un blédard comme eux! Quand je suis arrivé d’Algérie, j’étais sans papiers, mais j’avais envie de bosser et de m’en sortir ici. Avec cette situation de crise, ceux qui restent dehors sont les pires! Il n’y a plus que trafics et magouilles. Ils se foutent de l’autorité de ce pays et de ses lois. J’essaie de leur expliquer comment leur comportement met les autres en danger. Mais ils m’envoient balader. Certains, les plus méchants, me répondent qu’ils sont là pour niquer la France. C’est terrible!”

“À proximité du magasin, une riveraine, frêle silhouette portant son cabas à la main, se dit rassurée de la présence policière. “Je suis ravie de vous voir, messieurs, sourit-elle en leur présentant son attestation. Je suis sortie pour faire mes courses, mais l’atmosphère est étrange. Les individus qui traînent dans le coin ne m’inspirent pas confiance.”

“Dans le quartier, les amendes de 135 euros sanctionnant les contrevenants ne semblent pas émouvoir ces passants qui passent et repassent, mais surtout stagnent, pour les raisons illicites que l’on devine. À proximité d’un fast-food à la devanture résolument close, des policiers peinent à expliquer à un groupe d’hommes que le restaurant est fermé, mais surtout que, période de confinement oblige, leurs déplacements doivent être justifiés. Face à leur comportement hostile et à leur mauvaise volonté, le contrôle se fait plus musclé avec une fouille en bonne et due forme. Armes blanches, cigarettes de contrebande, stupéfiants en tous genres, l’opération n’est pas vaine et les réactions sont, forcément, agressives. “Chef, pourquoi vous me contrôlez? Ça ne se fait pas!”, “Je fais ce que je veux et je n’ai pas d’attestation !”, “J’étais dans mon lit, un souvenir m’est venu et ça m’a énervé. Alors, je suis sorti pour me calmer et j’en ai rien à foutre du confinement”.”

“Face à ces comportements très menaçants, les hommes en uniforme doivent hausser le ton et trouver les mots pour contraindre les plus virulents à obtempérer. “C’est la quatrième fois que je te contrôle depuis ce matin et tu me répètes à chaque fois que tu rentres chez toi!” L’individu résiste. Mais le policier sait trouver les mots pour lui faire entendre raison. “Laisse-moi vérifier tes poches. Sinon, du haut de mes 50 balais, je vais te faire couiner!” L’homme, très agité, se fige soudainement pour se montrer plus docile.”

“Thierry, Frédéric et Daniel sont trois policiers aguerris, ils patrouillent dans ce quartier depuis de nombreuses années. Avec l’expérience, ils ont appris à composer avec les difficultés de ce terrain du quartier du 18e arrondissement particulièrement compliqué. Ils nous confient cependant leur doute quant à la capacité des forces de l’ordre à tenir sur la durée, un confinement bien peu respecté. “Je plaide pour un confinement total et la mise en place d’un couvre-feu, lâche Thierry. La situation est absolument ingérable. Depuis le 17 mars, les journées sont longues, compliquées et énergivores. Nous sommes tous éreintés, mais on ne manque pas de volonté pour continuer. Près de 10 % de notre effectif a posé un arrêt par peur du coronavirus. Il s’agit souvent des plus jeunes, qui ont moins le sens du service public. Les autres sont présents pour assurer la sécurité et les contrôles sans masques ni gants. On se fait une raison. On est très exposés et on sait qu’on attrapera tous ce virus. Mais on se doit d’être là, à nos postes, pour la population. C’est notre devoir.”

“Pour ces policiers, le sens du devoir se heurte souvent à l’irresponsabilité, la désinvolture, les provocations, mais aussi aux rumeurs les plus folles. Dans le quartier de Château-Rouge, par exemple, Frédéric explique avoir passé beaucoup de temps, durant ses patrouilles, à tenter de convaincre les riverains que les mesures de confinement doivent s’appliquer à tous, car le coronavirus, contrairement à ce qu’ils affirment, ne touche pas que les Blancs. “On doit aussi faire mentir les théories délirantes, insiste le policier, selon lesquelles cette maladie serait une invention des politiques, des médias, et surtout rappeler la loi.”

“Un peu plus loin, dans le quartier de Montmartre, le confinement est, comme du côté de La Chapelle, une notion toute relative. Mais ici, les attestations sont manuscrites ou proprement cochées. Cependant, les policiers ont, là aussi, toutes les peines du monde à faire entendre raison aux très nombreux promeneurs. “Les sorties doivent être brèves, se faire à proximité de votre domicile”, répètent inlassablement les hommes en bleu. Les réponses se suivent et se ressemblent. “On ne peut pas rester toute la journée à la maison!” C’est pourtant bien le principe même du confinement. Au sixième jour de cette mesure exceptionnelle, plus de 90 000 amendes pour non-respect de cette règle ont été dressées dans tout le pays.”

Le problème est gravissime du point du vue du maintien de l’ordre. Mais il l’est encore plus d’un point de vue sanitaire: tous ces malfrats aggravent l’épidémie, et nous éloignent de la fin du confinement. Et puis, disons-le: par leur attitude d’un égoïsme délirant, avec la complicité du coronavirus, ils tuent.

Source: Le Point

Et pour découvrir la face la plus cachée de ce quartier maudit…

Chapelle: un quartier terroriste en plein Paris! Une enquête FL24

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici