Pourquoi la bureaucratie a fait disparaître le gel hydroalcoolique

Photo / Adameteve
Photo / Adameteve

Dans un article paru ce jour dans Le Figaro, Jean-Loup Bonnamy, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de philosophie et spécialiste de philosophie politique, nous explique pourquoi la bureaucratie, par sa monstrueuse présence réglementatrice et légiférante, a fait disparaître le gel hydroalcoolique du paysage français en pleine épidémie.

En fixant des tarifs planchers pour la vente de gels en pharmacie, Olivier Véran et Bruno Le Maire ont provoqué une paralysie du marché de ces produits: phénomène bien connu des économistes, qui se vérifie chaque fois que l’État se mêle des prix du commerce de détail. Mais il y a une autre raison à la pénurie de gels, plus ancienne et plus profonde, inhérente au délire bureaucratique français et européen.

“Nous sommes actuellement confrontés à une pénurie de gel hydroalcoolique. En théorie, cette pénurie ne devrait pas arriver dans une société fonctionnelle et bien organisée. Et si elle survient quand même, elle ne devrait pas être un problème, car n’importe quel préparateur en pharmacie peut fabriquer ce produit de base. Un simple CAP suffit. Mais dans la pratique, le métier de préparateur en pharmacie est en voie de disparition. La crise de l’enseignement professionnel, la réglementation bureaucratique de plus en plus stricte et le principe de précaution rendent désormais très compliquée l’embauche d’un préparateur, détruisant ce savoir-faire si basique mais pourtant essentiel.”

Voilà comment on détruit une activité commerciale simplissime: en l’encadrant comme s’il s’agissait de la vente de missiles nucléaires. Et comment on découvre, mais beaucoup trop tard, que cette activité est indispensable à la vie de la nation, comme tous les commerces.

Source: Le Figaro

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici