Les gangs brésiliens prennent en main le respect du couvre-feu dans les favelas de Rio de Janeiro

Image d'illustration/DVS
Image d'illustration/DVS

Les gangsters de la Cité de Dieu de Rio de Janeiro — un vaste complexe de bidonvilles rendu célèbre par le film du même nom en 2002 — ont lancé un message aux habitants, instaurant un couvre-feu pour freiner la propagation du virus.

Nous imposons un couvre-feu parce que personne ne prend cela au sérieux“, a déclaré le message. “Quiconque est dans la rue en train de faire l’amour ou de se promener recevra une correction et servira d’exemple. Mieux vaut rester à la maison à ne rien faire. Le message est clair“.

Au moins 2201 personnes ont été infectées au Brésil, avec 46 décès liés, selon le ministère de la Santé.

Et il y a un risque élevé que la maladie se propage rapidement dans les favelas pauvres et surpeuplés, ce qui pourrait poser un problème majeur de santé publique.

L’entrée du coronavirus dans des zones plus denses, moins planifiées et moins aidées culturellement pourrait être dévastatrice. “Là où l’eau, le savon et le détergent font défaut, il sera difficile d’arrêter la propagation“, selon les services sanitaires.

De nombreuses pharmacies des quartiers sont à court de désinfectant pour les mains et, lorsqu’il est disponible, son prix est prohibitif.

Les habitants se plaignent depuis deux semaines du manque d’eau courante, ce qui rend difficile le lavage des mains.

Le maire de Rio, Marcelo Crivella, a déclaré que des services de la ville déposeront du savon gratuit à l’entrée des favelas et relogeront dans des hôtels les personnes âgées ayant des problèmes de santé.

L’unité d’assainissement urbain de Rio a commencé mardi le nettoyage de certaines des zones les plus fréquentées de la ville.

Source: Reuters/Rio’s Extra

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici